Banner
Banner
Banner

Mais qui veut la peau de Mozilla Firefox?

Par - le mai 17th, 2010

Je rebondis avec cet article sur l’actualité qui entoure le navigateur Firefox en ce moment. Framablog détaille un article complet (que je ne peux que vous inviter à lire) sur le déclins de Firefox face au géant Google et son navigateur Chrome.

firefox-logo Dans cet article, l’auteur peint un sombre avenir pour Firefox, le plus célèbre navigateur libre du marché actuel. Constat volontairement alarmiste ou froides prévisions? Arrêtons nous brièvement sur quelques points liés à Firefox, à son histoire et ce qui risque d’être son futur.

firefox-explorer

Précurseur d’une informatique libre solide

Bien que l’histoire de Firefox débute en 2002, c’est en 2004 que l’on commence à réellement entendre parler du navigateur de la fondation Mozilla. Face à un Internet Explorer particulièrement peu fiable et encore moins respectueux de la sécurité ou des standards du web, le navigateur se fait vite une réputation de réel challenger. Basé sur Netscape, qui est à l’agonie et dont les sources sont enfin libérées, Firefox tire surtout sa force de sa politique open source. Mozilla surfe sur la mauvaise image de la politique de trusting de Microsoft et du regain d’intérêt pour le logiciel libre pour devenir incontournable. Firefox marque le web et le fait évoluer vers un web plus respectueux des standards puis vers un web 2.0. Pour citer Framablog :

On est ainsi passé d’une situation où Internet Explorer culminait à 95% de parts de marché et des miettes pour les autres à celle actuelle qui voit en Europe Internet Explorer à 57%, Firefox à 30%, Google Chrome à 6% et Safari à 5%.

Extraordinaire succès pour le navigateur de Mozilla et grands progrès pour les utilisateurs puisque Firefox a également directement participé à ce que toute la concurrence tende à respecter les standards d’Internet, facilitant ainsi la vie de tous les créateurs et lecteurs de pages Web. Et si on a pu parler d’un « Web 2.0 », avec ses riches et complexes applications en ligne, c’est aussi à Firefox qu’on le doit.

En ce sens, Mozilla Firefox n’est pas seulement un exemple de réussite d’un navigateur mais une victoire de l’informatique libre. Les chiffres attestent du succès du navigateur : Firefox va totaliser jusque 1,2milliard de téléchargements en janvier 2010.

 

Les forces de Firefox …

Le point fort de Firefox, outre sa politique open source, est ans doute sa gestion des extensions. En effet, si Firefox a su générer ou généraliser des innovations techniques (gestion des onglets, pornmode navigation privée, etc.), c’est sa grande modularité qui en font un outil génial. J’ai déjà eu l’occasion de tester pour Geek de France quelques unes de ces extensions qui facilitent vraiment la vie au quotidien.

couteau-suisse-ultra

Le site Mozilla addons compte plusieurs milliers d’extensions (FTP, Google, traducteur, éditeur, gestion de bug,etc.) et de thème pour faire de Firefox VOTRE navigateur. Jusque là seul Firefox avait su créer cette dynamique le rendant incontournable, un vrai couteau suisse.

 

… mais aussi ses faiblesses

Mais voila, depuis peu, les concurrents de Firefox, google Chrome en tête, adoptent avec succès la gestion des extensions et en profitent pour battre Firefox sur un autre terrain : la vitesse !

 

Opera, Safari, Chrome (et Chronium pour les plus barbus d’entre nous), abattent leurs cartes et proposent un navigateur plus rapide, notamment grâce à l’intégration de moteurs JAVA optimisés. Même Internet Explorer 8.0 s’offre le luxe de battre en rapidité Firefox 3 sur certains tests. Firefox s’empatte et plus on lui greffe des extensions plus il s’alourdit.

chrome

La concurrence s’engouffre dans la brèche laissée par Mozilla, lui volant de plus en plus de part de marché. Chrome est sans doute le grand gagnant du match grâce à la politique publicitaire de Google et à sa grande rapidité. Ce dernier annonce même une augmentation de 35% de ses performances pour sa prochaine version. Nombre des utilisateurs d’Internet Explorer, grâce au savant mélange de ballot screen et de pub Google, migrent directement vers Chrome sans même connaitre l’alternative Firefox. Parallèlement à cela, même Ubuntu, qui pourtant jusque là supportait Firefox, envisage l’intégration de Chromium (pour sa légèreté) dans ses distribution Light et Netbook Remix 10.10.

L’autre faiblesse de Firefox réside dans sa force : Mozilla est une compagnie a but non lucratif, se fermant de fait l’accès à certaines technologies trop couteuses, notamment le H.264 (codec pour la vidéoHD). Mozilla d’un coté soutient le format Theora Ogg, libre est gratuit, quand face à lui Google et Microsoft s’acquittent de la note et supportent le H.264. Si certains préfèrent développer un fork de Firefox faisant fit des droits de licence (WildFox), la bataille pour du format HD risque de faire peser la balance en faveur des concurrents de Mozilla.

Est ce la fin pour le renard de feu?

Firefox n’est pas mort pour autant. Au contraire, la version 4.0 du navigateur devrait offrir de réelles avancés et rattraper le retard accumulé par Firefox (voici aussi). Fenec, la version mobile de Firefox promet également d’être prometteur et réellement concurrentiel.

fenec

D’ailleurs, Firefox se doit de survivre à bien des égards :

– Firefox est un des seuls navigateurs grand publique réellement libre. Si Google se targue de baser le code de son navigateur sur un code opensource, celui-ci n’a que faire de la politique du monde libre.

– Un acteur tel que Firefox, moteur d’innovation, ne peut disparaitre sans laisser un vide technologique

– La percée de Google comme seul challenger réel à Microsoft ne fait que remplacer un monopole ultra-trusté par un autre

– Une fondation comme Mozilla se laisse porter par les besoins du marché quand un géant comme Google dicte ces même besoins dans l’optique de réaliser plus de profits (au mépris souvent de votre vie privée). Je citerai encore pour conclure sur ce point la réflexion de framablog :

La belle affaire, me diriez-vous. Chrome est innovant, respectueux des standards et se base sur du libre, alors que le meilleur gagne et ainsi va la vie. Certes, sauf que nos choix ne sont pas anodins et à l’heure de l’informatique dans les nuages et de l’exploitation souvent trouble des données personnelles, nous aurions beaucoup à perdre à consolider encore davantage Google et affaiblir d’autant Mozilla.

D’un côté Google, multinationale à la taille démesurée, qui force peut-être l’admiration mais dont les contrats d’utilisation restent plus qu’ambigus. De l’autre côté Mozilla, fondation à but non lucratif dont le Manifeste aura d’autant plus de chances d’être influent que ses applications seront diffusées et utilisées.

À qui accorderiez-vous votre confiance ? Qui avez-vous envie de soutenir pour participer à rendre le Web tel que vous le souhaitez ?

 

Et vous, quelle position avez vous pris dans le cosmos des navigateurs ? (en raison d’une incompatibilité de WP-POLLS avec le thème GDF, je ne suis plus en mesure de publier de sondage. Toutefois, vous pouvez toujours communiquer votre avis via les commentaires)

Tags: , , , , ,

4 commentaires to “Mais qui veut la peau de Mozilla Firefox?”

    vengeur masquée :

    Il ne fonctionne pas ton vote lol. Moi à chaque fois que je touche un PC c’est mozilla d’office je devrai peut être demander une petite rente quand même

    :

    Faut il être inscrit pour voter ?
    Je reste fidèle à Firefox

    TimCruz :

    Mais j’ai un hic avec WPPolls qui semble incompatible avec le nouveau thème. Je me me vois dans l’obligation de retirer le sondage, mais vous pouvez toujours laisser des commentaires.

Laissez un commentaire

Catégorie(s): Dossiers, Software