Banner
Banner
Banner

Interview d’un acteur du libre : Rodolphe

Par - le mai 21st, 2010

Je vous ai présenté il y a peu la distribution Voyager, fork très design de Ubuntu. Son papa, Rodolphe, a accepté de répondre à quelques questions au sujet de son bébé et de ses motivations. L’occasion de revenir sur le travail titanesque qui est abattu pour la réalisation d’une distribution Linux, notamment en amont par nombre d’acteurs de l’ombre.

voyager10.04

Travaillant depuis 2008 sur sa distribution, celui-ci nous explique que sa volonté de développement est avant tout portée par une éthique voire même des choix politiques. Sa philosophie pourrait se résumer à “faciliter la complexité”. Bel état d’esprit. Voici donc son Interview :

Geek de France : Peux-tu te présenter pour GDF ?

Rodolphe : Pour tout dire, je viens du monde du spectacle. Éclairagiste est mon métier. Théâtre, cinéma…Puis j’ai fait une école de cinéma pour m’essayer à la réalisation. D’où le nom de mon site Ciné9. Donc, peut-être cela explique-t-il le fait qu’en réalisant quelques petites fictions sans prétention pour le câble, j’ai dû apprendre à utiliser des logiciels de montage, pour faire mes films. Abobe Première pour être précis, sur XP, par manque de moyens; bien qu’avant, des amies dans le montage, m’aient tout fait gratuitement. C’est là, que tout a commencé pour moi en informatique. Il y a environ 5 ans. Puis, de fil en aiguille, j’ai cherché du libre pour les logiciels et je suis remonté à Cinelerra et les premières moutures de Kdenlive sur Suze, Mandriva, Fédora. Ce dernier (kdenlive) était d’ailleurs très prometteur à l’époque. Audacy pour l’audio…Donc, la voie était ouverte pour mon entrée dans le monde du libre (open source) par le biais du cinéma, si je puis dire, pour faire court.

kdenlive-01De plus, je trouvais intéressante et motivante cette idée d’une communauté de gens, cherchant par tous les moyens à ouvrir une fenêtre sur le partage par le biais du numérique. Cette mentalité est en recul partout dans nos sociétés post-industrielles où l’individualisme et l’argent priment sur tout, et on voit où ça mène aujourd’hui. Alors, je ne dis pas que le libre va transformer la société,  mais il a quand même une portée symbolique non négligeable. Et c’est important, d’avoir des îlots symboliques qui montrent haut et fort une autre façon de voir pour ceux que la vie rend incapables de la moindre réflexion personnelle sur les enjeux d’une société qui fonce tête baissée dans le tout-numérique avec son cortège de réduction des libertés publiques et de logiciels payants aux codes sources fermés. On le voit avec les lois Hadopi. Au fond, ceux qui défendaient le libre au début, avec un certain amateurisme face à une révolution numérique portée par un Windows omnipotent, se retrouvent aujourd’hui à défendre quasiment les libertés publiques, telle la quadrature du net et un peu, chacun d’entre nous, l’open source, avec des variantes bien sûr. Car en Chine où l’open source est développé, on voit sur quel terreau cela se fait. En tout cas, Linux avait plusieurs coups d’avance.

logo_hadopi

 

A l’époque, personne ne savait comment cela allait tourner. C’était tout nouveau. Et je peux dire que j’y étais. Et j’ai senti le vent tourner, le mariage forcé ou heureux du réel avec le virtuel. Si j’insiste beaucoup sur ce sujet, c’est que l’arrivée du live CD Voyager en 2008 avec Ubuntu Juanty est liée aussi à cette démarche, à cette bataille d’une pensée contre une autre qui souhaite tout marchandiser, et réduire les fonctionnements de chacun dans le numérique à des règles écrites pour satisfaire les intérêts de quelques uns qui se moquent des citoyens que nous sommes. Et la culture dans ce combat n’a pas été à la hauteur des enjeux. Une poignée d’artistes seulement ont vu le danger venir et ont refusé Hadopi. L’actrice Deneuve en tête, que je salue pour son courage, face à des Arditti et Costa Gavras (pourtant pourfendeur de toute répression, ses films en témoignent). C’est dire si le numérique rabat toutes les cartes de nos modes de fonctionnement et si nous sommes tenus chacun de choisir notre camp, mais pas toujours avec la clairvoyance adéquate. D’où notre rôle. Dans Voyager, il y a un peu de cette poussière de combat.

 

 

Geek de France : Tu as créé la distribution Voyager, qu’est ce qui t’a motivé ?

Rodolphe : Avant l’arrivée de Voyager et la fin de mes montages de films, comme j’adore le dessin, je me suis essayé à faire dans un premier temps des packs d’icônes en PNG SVG déposés sur le site Gnome look. Comme un enfant qui tâtonne et cherche à grandir dans le labyrinthe informatique, qui à l’époque montait en puissance. J’ai dû faire une vingtaine de packs dont certains sont sur mon site. C’était ludique et ça me revient sans cesse. Tout cela pour Ubuntu, une distribution que je trouvais d’une grande simplicité à l’époque, comparée aux autres distributions. Il y avait, avec Ubuntu, comme une démocratisation de Linux, comme il y a eu une démocratisation de la culture sous Malraux. Alors évidemment, cela a des effets pervers comme dans tous les phénomènes de masse comme celui-ci: “Ubuntu=Linux”, alors que la communauté est diverse et riche. J’adore Fedora par exemple…Mais on ne peut aller contre le vent de l’Histoire!

ubuntu_logo2

Ubuntu est arrivé au bon moment pour ceux que Linux rebutait par sa complexité et ses lignes de commandes, ses problèmes incessants, relevant des capacités de l’informaticien aguerri. Et puis Ubuntu France s’est installé avec une communauté sans pareille, ce qui lui a donné un souffle, une puissance d’entrainement, l’idée qu’on faisait partie de quelque chose de particulier, en marge, alors que Windows écrasait tout sur passage. Maintenant les choses ont bien changé. Le libre et le payant se livrent à une danse ensorcelante pour savoir qui de l’un ou de l’autre remportera la mise. A mon avis, personne. La crise économique qui se profile risque de tout rabattre à nouveau. Mais, comme je le disais, il est important que la charge symbolique faite de gratuité et de partage, demeure. Et que certains la brandissent tel un drapeau face à Apple, par exemple, et au prix exorbitant de ses logiciels et à la fermeture de ses codes sources. Le live CD Voyager est né ainsi, dans ce bouillonnement contradictoire d’un monde passant à un autre, numérisé. L’idée était d’ajouter une petite pierre à l’édifice, sans prétention, et de la faire partager à tous. Avec cette grande idée, un peu perdue mais qui reviendra, de la gratuité qui a à voir avec le don. J’insiste encore, mais c’est capital: Voyager est né pour ajouter de l’humanisation dans l’informatique, un design, de la gratuité, faire connaître des logiciels, tout d’un bloc, pour le débutant comme pour l’aguerri.

 

Geek de France : Peux-tu brièvement expliquer tes choix techniques ?

Rodolphe : Ubuntu pour sa simplicité, ses mises à jour, et parce que c’est une distribution connue d’un large public aujourd’hui. Gnome pour sa simplicité aussi, sans trop de fioritures, bien qu’il soit un peu lourd pour les vieilles machines. Autre point important de Linux: il fait revivre de vieilles machines laissées au bord de la route par la politique de Windows et d’Apple qui imposent toujours plus d’outils gourmands en mémoire vivre, Cpu, carte graphique etc… Mais pour revenir à mon sujet, j’ai mis l’accent sur le design de Voyager, car on passe de plus en plus de temps dessus, et que la beauté, même dans le numérique, n’est jamais à délaisser. C’est ce qu’avaient déjà bien compris Apple, puis Windows et, trop tardivement, Linux.

screen_voyagers

Beaucoup ne s’intéressent pas à ce qu’il y a sous le capot. Il y a des gens qui prendront la chose pour son aspect extérieur, le côté ludique. C’est ainsi. On ne va pas refaire le monde. Moi aussi, j’aime bien ce côté là. Regardez tous ces screenshots sur le net des bureaux de chacun. C’est aussi un jeu. Et pourquoi pas ! Mais ceci dit, j’ai passé le plus clair de mon temps à essayer de trouver des logiciels pertinents pour Voyager, pour concilier sécurité, fiabilité et multiplateforme. J’aime l’idée de possibilités infinies. C’est cela aussi l’open source! Les outils sont là: Globalmenu, cairo-dock, gnome-do, Nautilus-Elementary, etc., à vous de vous faire votre maison numérique. J’ai aussi mis un soin particulier pour les codecs, la transformation par simple clic d’une vidéo, les scripts pratiques. Et la Tv en scripts qu’on peut enregistrer… Un débutant peut le faire. Amener toujours le complexe à la simplicité: voilà toujours un peu le crédo de Voyager.

 

Geek de France : As-tu travaillé seul ou en équipe sur ce live ?

Rodolphe :  Non, je travaille seul. Même si en fait c’est faux car je bénéficie du travail des autres. Je ne cesse de lire dans les forums, de discuter, etc. Un travail de l’ombre, peut-être le plus difficile. De nouveaux scripts à tester, des sites etc…Mais je tiens à dire que sans les autres, Voyager n’aurait jamais vu le jour. A commencer par Debian, Ubuntu et Linux en général. Que les choses soient claires. Je ne suis qu’une petite pierre dans l’édifice Linux. Ce n’est qu’une personnalisation. Un Fork.

forum_ubuntu

Tout ces anonymes du numérique, je tiens à les remercier. Eux qui ne m’ont jamais vu, ne me connaissant que par une signature numérique. Merci, car il y a beaucoup d’eux dans Voyager. D’une certaine façon, je n’ai fait que reprendre et réadapter le travail des autres. Un travail souvent non reconnu à sa juste valeur. C’est un peu ce qu’on reproche à la communauté Ubuntu face à Debian et au monde linux en général : qu’elle récupère (égoïstement) un travail de fourmi fait par d’autres.  Ubuntu fait son succès sur le dos de la communauté.Il y a un peu de vrai dans tout ça. Mais comme je le disais précédemment, ils ont démocratisé Linux et pour cela, on leur doit beaucoup. Le rendre accessible. Pour tout un chacun.

 

Geek de France : Que représente précisément en charge de travail un chantier comme celui-ci ?

Rodolphe : C’est énorme: 2 à 6 heures par jour, la nuit en général, pendant 4 mois sur les 6 de la beta d’Ubuntu. Puis, une fois la Release sortie, il ne restait plus qu’à travailler le Live CD ou DVD. Cela dépendait de mon temps. Mais je vais toujours jusqu’au bout, malheureusement même de mes erreurs, car je ne les vois pas. C’est après coup. Et j’en fais. Puis je reviens dessus.

Alors pour la fabrication, c’est très simple. Je fais tout sur la beta d’Ubuntu. Je note tout ce que j’y ai mis. Puis je réinstalle au propre la version finale. Je remets tout par des scripts ou en lignes de commande. Et après je teste, je rajoute, etc…Il m’est arrivé de refaire 10 fois le Live en une journée pour le tester!

 

Geek de France : Comment gères-tu le suivi des bugs ?

bug

Rodolphe : Le suivi des bugs, je le laisse à Ubuntu! Car tout est sous dépôt officiel d’Ubuntu, sauf pour les logiciels Exotiques, d’où l’importance d’un gros travail en amont de tests de ces logiciels (comme Cairo-dock ou global menu qui par exemple ne marchent pas sous Firefox et Openoffice , bien que tout fonctionne mais sans le panel globalmenu, jusqu’aux dernières nouvelles. Mais marche suffisamment par ailleurs pour le laisser.).

 

Geek de France : As-tu d’autres projets (liés ou non à Voyager) sur lesquels tu es en cours de travail et dont tu voudrais parler ?

Rodolphe : Pour les projets, j’avais une version Hybrid en cours: Gnome et une dose de Lxde pour sa rapidité. Mais je ne sais pas si j’en aurai le temps. Mais il est clair que la rapidité d’action est l’avenir du numérique et de la protection des données. C’est bien ce qu’a compris Google avec son Chrome et Chromium pour la version libre, avec son design épuré en avance sur ce coup. Surtout avec sa suite Online doc. Ca marchera, c’est sûr: 8 secondes et vous êtes sur internet, vous pouvez parler à quelqu’un tout de suite. C’est l’illusion du réel dans le virtuel, l’instantanéité, le rapport homme-machine qui se simplifie à l’extrême faisant oublier la technique.

google_docs_logo

Par contre, Google, niveau données personnelles, ce n’est pas le top, c’est même plutôt une régression! Et je pense que c’est ici que linux doit marquer sa différence, notamment Ubuntu, sinon, gare à la rumeur sur internet. Un retournement peut s’opérer, sauf pour ceux que rien n’effraie. Nous avons de superbes outils ingénieux mais aux mains des pouvoirs en place dont le contrôle de tout et tous est un réflexe naturel, c’est plutôt la régression qu’on risque de voir arriver. A mon avis, c’est cela aussi l’avenir pour linux; préparer la parade à cette entrée massive du politique et du monde marchand dans la vie privée des citoyens que nous sommes, pour récolter de quoi alimenter leurs desseins, dont la nocivité varie selon les époques et les enjeux du moment. Face aux citoyens de ce pays démocratique, je pense que Linux et la communauté du monde libre ont une carte à jouer. Même si on peut trouver cela présomptueux, je pense quand même que Linux a rehaussé l’image qu’on pourrait se faire d’une civilisation numérisée, accessible à tous, et protégée par les intégristes de la surveillance civile. En tout cas, elle s’est montrée à la hauteur dans ce rôle de veilleur, d’avertisseur, pour une démocratie numérique en plein ascension avec ses bons et mauvais côtés comme dans tout (car l’ignorance est le pire des maux pour la démocratie). Pour cela, je ne suis pas mécontent que le Live CD Voyager y contribue à sa façon. Car la numérisation totale de la société, c’est pour bientôt et les enjeux en termes de liberté et d’échanges entre nous, sont colossaux. Mais saurons-nous nous protéger contre nous-mêmes ? Ne pas fondre complètement dans le tout numérique, revenir au réel? Ce sera mon dernier mot.

 

Merci à Rodolphe d’avoir bien voulu se prêter à ce jeu de questions/réponses. Pour rappel, Rodolphe est le créateur de la distribution Voyager, basée sur Ubuntu. Voyager, testée ICI pour Geek de France, est disponible sur ce site. Et, voyager en vidéo, ça donne ça (d’autres vidéos sont disponible sur le site de Ropholphe) :

Tags: , , , , , ,

4 commentaires to “Interview d’un acteur du libre : Rodolphe”

    Pégé :

    Salut à tous,

    Bravo Rodolphe pour tes commentaires, qui rejoignent bien ma philosophie de pensée.

    Je suis justement dans les derniers pas afin d’installer  »Voyager 10.04 LTS » en double amorces sur mon ordinateur et le travail réalisé dans ce nouveau système d’exploitation est à la mesure des résultats obtenus… splendide !

    Pégé

    Iznogoud :

    @Rodolphe si il me lit:
    Grand bravo à à toi pour ton travail, je ne connaissais pas avant l’interview mais là j’ai le loisir de voir que tu fais des choses super,de plus j’adhère totalement aux idées, continue comme ça!!
    @GDF/TimCruz La vidéo du site que tu as faite est très bien, l’idée de l’interview encore plus ;). Je profite de ce comm pour te dire que je regrette que n’aies pas plus de comm’s
    : tes articles sont vraiment pertinents et toujours d’actualité ;). Juste une remarque, essaie de corriger les fautes d’orthographe de ce post, vraiment ça fait mal aux yeux(surtout les son/sont;é/er;sommes/somme ;réfléchis à qui fait quoi, et jamais deux verbes conjugués d’affilée, pas de participe passé après autre chose qu’un auxiliaire;etc). Je sais que quelqu’un t’en a déjà parlé dans un autre comm’ , mais tu fais peu de fautes d’habitude et vu qu’il risque d’y avoir encore plus de visites ici grâce au lien sur le forum d’Ubuntu de rodofr (=Rodolphe), à ta place j’essaierais de m’y mettre à fond. Bon ma petite remarque s’est allongée mais tu as compris l’essentiel je pense :p

    TimCruz :

    @Rodolphe : encore merci pour tes réponses

    @Iznogoud : je ne saurai que te remercier de ce commentaire vraiment sympa. J’espère aussi obtenir plus de visites et commentaires. Je compte sur le bouche à oreille pour obtenir plus de notoriété. Je tente de travailler sûr pour fournir un site de qualité qui j’espère est apprécié.
    Pour les fautes de cet article, honnêtement, j’ai fais un copier/coller sans relecture approfondie du doc qu’on s’est échangé avec Rodolphe. Je vais de ce pas demander à ma geekette (qui est nettement plus plus douée que moi à ce sujet) de corriger…

    Plume :

    Ça y est! Corrigé sans rien avoir oublié j’espère…

Laissez un commentaire

Catégorie(s): Divers, Software