Banner
Banner
Banner

Pourquoi il ne faut pas quitter Facebook!

Par - le mai 31st, 2010

quitter_fb

C’est aujourd’hui que plus de 27000 personnes se sont engagés à quitter Facebook, très controversé en ce moment. Pourtant, je persiste à penser que ce n’est pas la meilleure idée à suivre.

Pourquoi ne pas quitter facebook?

Plus de 27000 personnes quittent facebook, oui, mais la moitié pour de mauvaises raisons. La première est l’effet “mouton de panurge”. Les médias crient facebook c’est mal, TF1 en rajoute une couche pour mettre sous projecteur l’”info” à ne pas louper des apéros facebook et tout le monde veut quitter le réseau social. Par contre, ces mêmes personnes ne sauraient réellement expliquer pourquoi si ce n‘est que l’impression les gagnent que c’est le on choix à faire.

mouton

Pourtant, les bonnes raisons de quitter facebook existent et quelques acteurs les ont défendus avec brio sur la toile : inutilité absurde, vie privée bafouée, système totalement fermé informatiquement parlant, contrôle impossible mais effets de bord abusifs, etc. J’ai plus de mal à donner tord à ceux qui sont motivés par de réels idéaux dans leur choix. Mais, je le fais quand même et reprendrai brièvement ces quelques points.

1. inutilité absurde

Oui! Au même titre, que 90% de la technologie à laquelle sont attachés les geeks. Et si effectivement, les groupes plus nombreux et débiles chaques jours, les jeux stupides et les questionnaires en carton font de facebook une vaste poubelle, il reste au réseau social une vocation inchangée : les contacts. J’ai souvent déménagé, parfois assez loin (500km), et facebook m’a permis de garder contact sans trop d’efforts avec beaucoup d’amis.

demenagement

De même, j’ai pu retrouver des copains d’école que je n’avais pas revu depuis des années et si je ne les reverrai pas plus maintenant, ca m’a fait plaisir d’avoir des nouvelles. Après, libres à nous de faire le tri dans l’application faite du site.

Facebook m’est aussi utile à autre chose : il me fait une pub gratuite pour Geek de France. Face au temps et à l’investissement que me coute ce site, je ne cracherai jamais sur de la pub facile.

2. vie privée bafouée

C’est sans doute le point qui a été le plus reproché récemment à facebook. Déjà, rappelons que l’effort a été fait et que maintenant sécuriser son profil est chose plus simple.

secu_fb

Ensuite, même quand le site était une passoire à info privée, une chose très simple réglait le problème : ne pas publier ce que l’on ne veut pas voir affiché partout. Simple comme bonjour.

3. système totalement fermé informatiquement parlant

Là, il est vrai que la fibre libre vibre en moi et il m’est plus difficile de trouver un contre argument. Mais quitter facebook pour son équivalent libre, diaspora, qui a comme seule ambition d’être un projet libre ne suffit pas à me motiver (peut-être que lorsque le projet sera en place, je changerai d’avis). Et si ces projets sont mus par de libres idéaux, il ne toucheront pas le grand public et là encore, j’en revient à mon argument pub : une pub en centre ville touchera plus de monde que sur une toute petite route de campagne.

campagne

 

4. contrôle impossible mais effets de bord abusifs

Des employés renvoyés en raisons de commentaires sur facebook, des apéros géants qui tournent au vinaigre, des photos de jeunes peu habillé(e)s qui voyagent sur facebook… les efforts de bords de facebook sont nombreux et peu contrôlables. Et pourtant, ceux-ci ont tous un point commun : le manque de bon sens.

shadok

Il est tellement facile d’accuser l’outils quand l’usage qu’on en a fait nous met en mauvaise posture. Je ne dis pas que certains n’ont pas été piégé par le système mais je pense qu’ils sont une goutte d’eau dans l’océan.

Alors facebook, on quitte pas alors?

facebook

 

Moi, facebook, je ne quitte pas pas. C’est pour moi le moyen de garder le contact avec des amis éloignés géographiquement, c’est de la pub facile et je me refuse d’en faire n’importe quoi. Dans ce contexte, facebook s’avère rigoureusement répondre à mes besoins et je suis sûr de ne pas être le seul dans ce cas. Je respecte ceux qui quittent facebook pour des nobles idéaux. Mais pitié, Kévin le no life, cesse de dire que tu vas quitter facebook parce que t’es un rebelle. Facebook est au net ce qu’Ubuntu est à Linux, on n’aime pas les grands qui deviennent populaires. Je désapprouve la politique du géant qui tue toute concurrence mais la popularité d’une solution ne devrait pas suffire à justifier les efforts fait pour lui hôter tout crédit.

Tags: , , , ,

12 commentaires to “Pourquoi il ne faut pas quitter Facebook!”

    ronours :

    voila un commentaire, je n’en vois pas d’autres, alors juste pour dire que je suis tout à fait d’accord avec cette vision, et partage la situation sur le fait de garder, voir retrouver des contacts malgré la distance et le temps qui passe.

    En effet c’est parfois léger (facebook) sur les options de respect de la vie privée souvent ajoutées et actives par défaut (autorisant tout accès) sans avertissement, mais sinon, il faut bien avouer que c’est un outil fantastique pour rester en contact.

    vengeur masqué :

    La non sécurité de facebook est tout d’abord imputable à l’utilisateur

    TimCruz :

    Exactement! Ce qu’on appelle les codes 70 au travail : le problème est à 70cm de l’écran!

    plume :

    C’est vrai que les dérives sont surtout dues aux utilisateurs! D’autant qu’un facebook ultra sécurisé n’aurait plus autant d’intérêt : ça ne serait qu’un msn messenger-like!
    Le but de ces sites communautaires est avant tout de retrouver des amis plus ou moins proches sans contraintes, revoir leur tête, leur parcours en général,etc, pas d’échanger des données confidentielles.
    Après les problèmes de photos ou infos compromettantes qui circulent viennent de ceux qui les laissent filtrer, et pour ça on les retrouve souvent sur les skyblogs de ces mêmes individus.

    Neo :

    Pourquoi ne pas rejoindre facebook?
    https://www.eff.org/deeplinks/2010/04/handy-facebook-english-translator#public_information

    your reason is easy communication! but if you try to use your brain you’ll see that there is many other ways to communicate with your friends.
    « ne pas publier ce que l’on ne veut pas voir affiché partout » <<< are you clever enough and do you have enough knowledge to decide what to share and what ppl can do with that information? they could know information that you don't want to share from that information you just shared.

    I may agree that facebook is useful, but most of the time we pay for things we use. and in case of facebook we pay privacy whether you want it or not.

    TimCruz :

    @Neo : C’est pourquoi il est important de choisir les informations que l’on accepte de partager. Pour la communication facile, facebook reste le must : rien à faire, il fait les associations et vous propose de prendre des nouvelles du copains de classe dont vous aviez presque oublié l’existence! Facebook est perfectible, mais toute autre solution avec la même vocation le serait autant.

    (In bad english) => That’s why we need to choose wich information we accept to publish. For easy communication, facebook is still the best : nothing to do, it makes relationship et propose to you to take news about old school friends that you had almost forgive. Facebook is imperfect but each solution with same objectif will be imperfect.

    Elv :

    Oui oui, pour la sécu’ faudrait revoir ton jugement,
    on a depuis 2 semaines, le plus gros vol de données de l’histoire du net via sony

    facebook est sous protégé, ok pas de donnée bancaire à voler mais des milliards de données, d’email, un océan pour les vols d’identité…
    me faites pas rire avec les options de confidentialité de facebook facilement piratable par un pingouin…

    TimCruz :

    L’article a vieilli depuis. Et je persiste à penser que le problème de facebook se situe entre la chaise et le clavier…

Laissez un commentaire

Catégorie(s): Dossiers