Banner
Banner
Banner

Philosophie des systèmes d’exploitation

Par - le août 9th, 2010

image006

Pourquoi vous préférez ce système d’exploitation plutôt qu’un autre? Quel est le meilleur système d’exploitation? Comment choisir son système d’exploitation? Ces questions liées au monde de l’informatique sont souvent le support de trolls déjantés et de combats entre fan-boys. Pourtant, une discussion animée avec ma geekette sur l’intérêt d’un Linux sur un Windows (ou l’inverse pour citer son vilain point de vue 🙂 ) m’a donné envie d’écrire ces quelques lignes. C’est bien difficile de rester impartial lorsque l’on a fait son choix. Alors je vais tenter de décrire sommairement chaque système d’exploitation, ses failles, ses forces. L’enjeu est de cerner la philosophie des principaux systèmes d’exploitation grand-public actuels pour réellement réfléchir au meilleur choix à faire.

 

Microsoft Windows : tout est une question d’habitude

windows_logo

Windows, tout le monde connait. Il y a encore peu lorsque je demandais à des utilisateurs débutants ce qu’ils avaient comme ordinateur, il me répondait “un Windows XP”. C’est assez significatif de ce qu’est Microsoft Windows : le système d’exploitation en position dominante. Microsoft a su s’imposer depuis 1985 grâce à Windows 1.0 son système d’exploitation. Depuis, Windows est omniprésent. Installé sur l’essentiel des machines neuves et composant la majorité des parcs en entreprise, Windows a déjà été utilisé par presque tout le monde. Cela se solde par une prise d’habitude informatique quasi-exclusivement sur Windows. L’ergonomie Windows est devenue la référence et tout le monde la maitrise plus ou moins.

La geekette me disait : “Je préfère Windows parce que c’est plus facile”. Bien sûr que non, Windows n’est pas plus facile mais tout le monde sait comment il marche.

Un autre avantage considérable de l’hégémonie de Microsoft Windows est que l’ensemble des applications existantes ont été créées pour Windows. Pour beaucoup d’entre elles, notamment pour nombre de jeux, elles n’existent d’ailleurs que sous Windows.

Toutefois, bien souvent on a à déplorer un manque de stabilité de Windows et un système qui vieillit mal (plus le système est vieux plus il est sensible aux pannes). Qui plus est de par sa position dominante, il est aussi la cible n°1 des virus et autres malwares.

Les Plus Les Moins
– extrêmement répandu
– nombreuses applications
– fourni sur de nombreuses machines
– instable sur le long terme
– virus et malware

Apple Mac OS : tout est dans l’interface

apple-logo1

Longtemps dans l’ombre du géant Microsoft, Apple devient de plus en plus LE challenger de Microsoft. Là ou Microsoft a su s’implanter par une maitrise sur le long terme du marché informatique, Apple a misé sur une toute autre stratégie. Apple dans un premier temps a veillé avec son système d’exploitation à apporter une nouvelle expérience utilisateur et une interface irréprochable. Le pari est à tel point gagné qu’Apple est de plus en plus copié sur ce point, par Windows 7 entres autres. Second avantage d’Apple Mac OS : Apple l’a développé pour fonctionner quasi-exclusivement sur ses ordinateurs. Cela se solde par une stabilité légendaire du système d’exploitation Mac. Mais si Mac OS commence à s’imposer c’est surtout grâce à sa très bonne réputation dans le monde du graphisme/communication/création pour lequel Apple excelle et grâce à l’effet de mode que connaissent iPod, iPhone et iPad qui placent Apple sur le devant de la scène.

Mais si la politique de Microsoft est parfois fermée et abusive, elle n’est rien à coté de celle d’Apple. Mac OS n’a pas le droit d’être vendu pré-installé sur une autre machine qu’un Mac (Psystar en sait quoi!), support Intel ou pas! De même, impossible de mettre les mains dans le cambouis et de profiter d’un lot d’avantages du système sans aller à l’encontre des contrats de licences Apple (et de perdre sa garantie). C’est aussi vrai pour Mac OS que iOS. Dernier point, non des moindre, Mac OS est cher mais politique Apple oblige…

Les Plus Les Moins
– interface très réussie
– stabilité reconnue
– politique ultra-stricte-fermée
– matraquage des prix

GNU/Linux : tout est dans le noyau

linux

Il est difficile de parler de Linux sans parler de l’open source. Le principe de l’open-source est de partager son code pour que tout le monde sache comment fonctionne son logiciel et puisse participer à son amélioration. Linux est open-source mais Linux n’est pas un système d’exploitation. Linux est en fait un noyau (ou kernel). Le noyau de son système d’exploitation est le cœur de celui-ci. On peut comparer Linux à un moteur qui serait mis à disposition des marques qui feraient ce qu’elle veulent comme voiture autour. Ces voitures, qui ont chacune leurs particularités correspondent aux distributions GNU/Linux. Au nombre de celles-ci on retrouve Mandriva, Red Hat, Debian, Arch-Linux ou encore Ubuntu, etc. Celles-ci peinent à percer encore dans le domaine du grand public pour diverses raisons. La première, qui pourtant est une force de Linux, est le nombre important de distributions qui peut rebuter les plus hésitants. La seconde est l’obligation de prendre de nouvelles habitudes (d’utilisations et de choix de logiciel) qui dérange les moins courageux (ou ceux qui ont moins de temps). Certains lui reprochent encore une mauvaise image illégitime : GNU/Linux n’est plus un système obscur et borné à la ligne de commande. Enfin, le lobbying imposé par les géants Microsoft et Apple ne manquent pas de limiter son insertion.

Toutefois,GNU/Linux a un beau lot d’avantages. D’abord, il est majoritairement gratuit. Pouvoir économiser plusieurs centaines d’euros en optant pour Gnu/Linux plutôt que Windows ou Mac OS n’est pas négligeable. Puis, bien que pas infaillibles, les systèmes Linux sont majoritairement stables et régulièrement mis à jours. Puis GNU/Linux encourage le partage, la collaboration, l’échange : de riches valeurs!

Les Plus Les Moins
– libre (valeurs véhiculées)
– majoritairement gratuit
– stable
– méconnu
– nécessite un apprentissage
– peu d’applications pro et de jeux

 

Personnellement, comme beaucoup, j’ai fait le choix de Linux et du monde libre pour les valeurs qu’il véhicule. Avec pragmatisme, puisque j’utilise aussi Windows pour certains logiciels, notamment en entreprise. Je fais le choix du libre comme d’autres font le choix de ne pas manger chez MacDo. C’est avant tout un choix éthique. Et pourtant, à terme, c’est un choix qui me permet de m’améliorer quotidiennement en informatique, qui me permet de mieux comprendre ma machine et les logiciels qui sont installés dessus. Donc au final, je me retrouve avec une réelle valeur ajoutée.

Oui, utiliser GNU/Linux est très souvent une contrainte, très souvent par ma faute. Oui, souvent ma geekette peste contre son OS libre. Et au final, je suis tout de même gagnant. Je vais être papa et je ne peux qu’encourager les valeurs du libre à ma future bébé-geekette. Je veux être cohérent et sais que je ne peux pas lui dire “tu ne dois pas voler” et lui apprendre comment craquer son Windows. A ce sujet encore, je vais faire une petite digression : un jour à table, différents collègues échangeaient des sites de warez. Lorsqu’ils nous ont demandé, à un collègue libriste barbu et à moi, des conseils à ce sujet, nous n’avons pas su quoi leur répondre. Tout simplement parce que depuis que nous utilisons Linux, nous n’avons plus besoin de craquer les logiciels que nous utilisons. Fermeture de la parenthèse.

Alors, si on réfléchit : entre un géant du logiciel qui profite de sa position dominante, un challenger aux dents longues qui applique une politique pire que son concurrent et une solution, bien sûre faillible, qui tente de renouer entre les valeurs humaines et l’informatique, qui avez vous envie de choisir? Le plus technique n’est pas toujours celui que l’on croit mais le choix éthique est sans équivoque toujours le meilleur. Alors quel choix voulez vous faire?

Tags: , , , , , , , , , ,

42 commentaires to “Philosophie des systèmes d’exploitation”

    Protux :

    Par curiosité, tu utilises quel distribution ?

    TimCruz :

    Debian et Ubuntu serveur sur mes serveurs. Ubuntu Netbook Edition (pour l’instant) sur mon netbook. Ubuntu Desktop Edition sur mon PC fixe. Sous peu yaVDR sur mon Media Center. J’envisage de plus en plus de remplacer mon UNE par une ma Debian 5.0.

    habib :

    Bonjour,

    Il y a BEAUCOUP de choses à rajouter … Trop pour un commentaire, mais en voici l’essentiel :

    * Win$$ : Un OS de console de jeux.
    Fournit sans logiciel fiable …
    Windows est un système informatique extrêmement instable qui ne présente d’intérêt que pour les jeux et les rares applications métier qui n’existent que sous ce système et ne fonctionnent pas avec wine.
    La durée de vie d’un Windows est de l’ordre d’un an pour un utilisateur lambda… Réinstallations fréquentes.

    * MacOSX : L’OS multimédia et bureautique pour tout un chacun
    MacOSX possède un panel très large d’applications stables pour le multimédia : création musicale et instrumentation midi, logiciels pour le graphisme et la vidéo, etc …
    Ces logiciels sont très au-delà de ce que l’on peut trouver sous windows en stabilité et simplicité (ergonomie) d’utilisation. Le système MacOSX est propriétaire, mais, étant un BSD, il offre BEAUCOUP de possibilités de bidouille, de compilation et de programmation tout cela dès l’achat de la machine. De plus, un VRAI terminal et X11 sont accessibles et cela permet ÉNORMÉMENT de choses.

    * GNU/Linux : l’OS éthique et intelligent
    Certains logiciels très utiles manquent sous GNU/Linux mais c’est un système fabuleux car une incroyable variété de logiciels excellents existent. Enfin un véritable système informatique où TOUT est accessible. Un rêve pour les gens intelligents.

    * FreeBSD, NetBSD, etc … : l’OS Sécurité pour les Serveurs.
    Il ne faudrait pas oublier les BSDs libres qui sont excellents en matière de sécurité !! Perso, mon serveur tourne sous FreeBSD et c’est vraiment très propre et rapide 🙂

    makidoko :

    Ton article manque de nombreux préambules « autrefois » pour introduire nombre de tes arguments.

    En effet, l’instabilité de Windows remonte à autrefois : de 95 à ME, puis vint XP qui rétablît enfin une image techniquement acceptable de Windows. Puis vînt Vista, qui heureusement fût balayé par Seven.

    La stabilité légendaire de OSX est bel et bien légendaire au sens strict, à savoir que cette légende est loin de la réalité. Peut-être fut-ce le cas, autrefois, sous OS9… je ne sais pas. Mais il n’est ni plus, ni moins stable que Linux ou Windows (XP ou Seven). De même son interface possède certains aspects ingénieux et d’autres, très nombreux, relevant d’un archaïsme incroyable pour le système qui s’auto-proclame comme étant le plus avancé du monde.

    Quant à Linux, autrefois, les gens pensaient qu’ils s’agissait d’un système réservé à la ligne de commande. Aujourd’hui, dans mon monde tout du moins, je ne vois plus que les geeks pour continuer à faire vivre cette idée reçue.

    Alors oui, nous avons un situation de monopole d’un coté, de l’autre, un vizir qui voudrait être calife à la place du calife et enfermer le monde entier dans son univers, et enfin, des alternatives libres véhiculant d’autres valeurs ; mais au final nous avons, aujourd’hui, des systèmes tous équivalents en terme de fiabilité, chaque nouvelle version étant susceptible de rebattre les cartes, et différents en termes de politique.

    Reste à chacun de faire son choix, par rapport à ses besoins, de manière éclairée, et surtout de le fonder sur des données actuelles.

    Et de grâce arrêtez avec « Linux me permet de comprendre comment ça marche ». C’est un argument fallacieux et qui laisse à imaginer des heures de compilation, de tordage de crâne et de paramétrage pour avoir un système opérationnel. Pour info, même avec Windows 3.1 je comprenais comment ma machine fonctionnait. Linux n’a rien apporté de plus pour ceux qui sont curieux de nature, l’environnement n’a aucune importance. Et même peut-être oserais-je insinuer l’idée que si Linux est souvent une contrainte pour toi, c’est peut-être qu’au final tu ne comprends pas vraiment ce que tu fais, ou bien tu as fait le mauvais choix, en privilégiant l’idéologie par rapport à tes besoins.. Auquel cas, mauvaise pioche. Ce serait comme boire un café équitable qui te donnerai de l’urticaire.

    Tout ça pour dire qu’il est temps que le libre (et surtout ceux qui le défendent) se mette au niveau du reste, pas techniquement mais réthoriquement et sorte de son carcan idéologique qui fait fuir (l’idéologie libriste n’est pas la condition sine qua non à l’accès au libre, elle en est le trésor caché derrière la porte). Tombez votre costume de geek, il est temps de mettre celui de citoyen et d’utilisateur.

    pas de nom :

    – nécessite un apprentissage

    OSX aussi jusqu’a preuve du contraire.

    D’ailleurs il faudrait plutot dire ré-apprentissage.

    De plus je dirais même que cette excuse n’est pas valable.

    Combien de personne n’ont pas hésiter a apprendre ou réapprendre a se servir du dernier truc kikoolol sous la pression de leur amis ou simplement parce que c’est a la mode?

    Réfléchissez un peu, je crois qu’on arrive a une bonne liste quand même.

    habib :

    Voici donc mon choix :
    Windows pour jouer
    MacOSX pour travailler et faire du multimédia
    FreeBSD pour mon serveur et
    GNU/Linux pour tout le reste (et le reste c’est 50% de mon temps d’utilisation de l’informatique)

    Pourquoi faire un choix ??
    Il faut utiliser l’outil adapté pour chaque tâche !

    TimCruz :

    @habib : je me suis focalisé sur le grand public dont la majorité n’a même jamais entendu parlé de BSD. Comme je le disais, moi même j’encourage le pragmatisme et l’usage du bon outils pour son besoin (j’utilise quotidiennement Windows). Après si le choix m’est laissé entre 2 solutions viables dont une libre, j’opterai pour la libre
    @makidoko : bien sûr, l’idéologie ne suffit pas. Mais même si c’est l’idéologie qui m’a poussée vers Linux, je n’aurai pas persisté si cela n’avait pas été le théâtre de réelle découverte technique. J’ai abandonné Symbian au profit de Android quand celui-ci n’était plus vecteur d’innovation, pour illustrer mon état d’esprit. Si sous Windows 3.1 et 95, j’ai beaucoup appris, il m’est beaucoup plus difficile d’apprendre sous 7. Je me mets à la place de celui alors qui débute. Sans doute oui bien souvent je suis la raison de mon échec mais je me fais un plaisir d’apprendre de mon échec.
    Après, on se retrouve dans le même type de réflexion : que vaut-il mieux une voiture électrique dont l’usine de production pollue 2fois plus qu’une usine classique ou une voiture essence polluant mais produite dans une usine modèle?
    Quand à la stabilité, je ne dis pas que Windows est instable de base (quoi que Me et Vista…), je dis qu’il vieillit mal. J’en fais le constat quotidiennement au travail.

    T0m-S :

    Très bon article, on vois un peu de prise à partis pour GNU/Linux : dans les moins tu as oublié de préciser que peu de programmes « pro » ou de jeux (du moins des vrais jeux, pas des trucs en 2D) sortent pour cet OS.

    Et je vois que tu apprécie Debian : tu l’as cité 2 fois.

    Sinon le reste de l’article est bien vrai : deux géants ultra fermés contre un petit ultra ouvert, le combat est inégal, c’est dommage, mais la donne change tout doucement grâce au distribution plus grand public (Ubuntu & co). En espérant que cela n’efface pas les valeurs de bases du libre.

    TimCruz :

    @makidoko : quant à l’absence de préambules, je ne pouvais pas faire un historique complet, sinon j’aurai fait une rubrique de 50 pages 🙂

    habib :

    Pour makidoko.

    Malheureusement, ce n’est pas mon expérience d’aujourd’hui:
    Win7 et WinXP restent très instables chez moi. Dans mon type d’utilisation (j’installe tout ce qui passe et je fais pareil sur les autre OS), les produits microsoft ne tiennent pas plus d’un ou deux mois …

    OS9 était instable comparé à MacOSX. Dans ma pratique : 5 ans que je tourne avec MacOSX 10.4 et que j’installe tout ce qui passe sans problème de stabilité.
    Quels sont ces archaïsmes de l’interface ?

    Je suis très à l’aise avec GNU/Linux : Eh oui, j’ai installé la Slackware 1.0 il y a longtemps maintenant.
    La ligne de commande, c’est une manière souvent beaucoup plus simple et plus rapide d’automatiser des actions.
    Mais il faut faire quelques efforts pour le comprendre …
    En ce moment, je tourne sous Gentoo …

    TimCruz :

    @T0m-S : oups, je viens de faire une relecteure/correction et faire corriger ensuite par la geekette… J’ai rajouté aussi le moins. C’est dur de rester impartial!

    pas de nom :

    @ T0m-S :

    août 9th, 2010 at 19:42

    Il y a eu quand meme toute la serie a base de moteur Quake 1 2 3 4, doom, UT, Wolfenstein…

    Juste des jeux culte qui ont tout inventé 🙂

    Maintenant, c’est sur que comme pour windows qui passe des accord et fait tout pour etre en position de monopole, ya plus beaucoup de jeux qui sont codé pour de l’openGL ce qui est fort déplorable sous tout les aspects, économique, libre choix et performances.

    habib :

    « Linux me permet de comprendre comment ça marche »

    Quand Windows plante, il est souvent difficile de savoir pourquoi : Les plantages sont aléatoires, les messages d’erreur sont souvent incompréhensibles et les fichiers de log permettant de comprendre ce qui se passe sont extrêmement limités. On ne peut pas résoudre le problème car Windows est souvent incapable de nous fournir des informations pertinentes.

    Ce n’est pas du tout le cas sous GNU/Linux, BSD ou MacOSX.
    En cas de problème, la panne est diagnostiquée rapidement car le système nous informe clairement. Après, il faut des compétences pour le résoudre, mais au moins, on connait sa nature.

    Guillaume :

    très bon article.
    Mais je pense que tu devrais ajouter « simple » dans les avantages de GNU/LINUX: dans les distribs grand public, les applications sont classées par catégories, il y a tout ce qui faut pour une utilisation de base et les mises à jour de tous les logiciels sont simples. Une personne qui n’a jamais touché un ordi de sa vie se retrouvera sans problèmes sous Linux ce qui sera déjà plus dur sous Windows où c’est toujours un sacré bordel.

    pas de nom :

    @Guillaume

    Effectivement, sans parler des divers pilotes a installer par exemple…

    Anti virus aussi et autre logiciel anti saloperies, non ou très peu utile sous linux.

    Judu :

    Windows aussi nécessite un apprentissage : Tout le monde a vu le « Windows pour les nuls » chez ses parents…

    Pour la petite histoire, une copine connaît GNU/Linux depuis qu’elle est capable de tenir une souris, car il y avait les deux sur son ordinateur. Et depuis le début, n’ayant jamais été influencée, elle a toujours trouvé Linux plus facile à utiliser intuitivement que Windows.

    David :

    pour reprendre tes + et tes +, pour windows dans les + on peut rajouter la compatibilité avec les périphériques dont certains mêmes sont fait pour ne fonctionner qu’avec Windows (cela ne veut pas dire que je trouve que Kro$oft c’est bon).

    pour linux : dans les – nécessite un apprentissage, cela dépend de la distribution et de la personne qui l’utilise. L’inverse pourrait d’ailleurs s’appliquer : une personne qui a ses habitudes sous linux va avoir besoin d’un apprentissage sous Windows car il va être perdu.

    Grogeek :

    Mon père avait un Apple III, j’ai pas vu de win chez moi, héhé

    La stabilité de Mac vient à partir du l’OS 6.7.(?)
    Maintenant, c’est du flan ! Je le constate tous les jours au boulot. Rien qu’un seul problème assez génant, quand on change de bureau (spaces) parfois l’écran se fige entre 2 spaces. Sympa… et hop et reboot forcé.
    Sans parler des Kernels panics qui m’ont déjà grillé un Hdd.

    Grogeek :

    Pour: peu d’application pro sur linux,
    tout dépend dans quel secteur tu es !

    Si tu es scientifique, astrophysiciens, etc, etc.. il y a bcp de logiciels très pointus d’analyses.

    En photo tu as l’équivalent de Lightroom & Aperture qui se nomme BiBBLe (payant)

    TimCruz :

    @Grogeek : je crois que T0m-S voulait parlé de l’absence de portage de jeux et logiciels pro Windows ou Mac sous Linux. (moi je l’ai compris comme tel)

    mogzor :

    @makidoko : je vois mal comment on peut dire que linux est moins efficace que windows pour apprendre à connaitre un système. Le jour où tu auras des programmes open source partout (donc la possibilité des les étudier), des logs qui veulent dire quelque chose, des pages man détaillées et la possibilité de t’intéresser au déploiement de mises à jours autrement qu’en décompilant les patchs, ok. D’ici là, ça reste une bonne blague de prétendre ça.

    Spip :

    Je pense qu’il aurait été bon d’ajouter pour Apple et Microsoft, dans les inconvénients (bien sûr!) les DRM et l’informatique déloyale.
    Voir :
    http://www.defectivebydesign.org/
    http://www.april.org/que-sont-les-drm
    http://wiki.april.org/w/Synth%C3%A8se_informatique_d%C3%A9loyale (en cours d’élaboration, mais ça donne les idées)

    Vincent :

    Éternel débat =)

    As tu les droits pour les deux premières images ? 😀

    Globalement assez d’accord, même si je pense que les distributions qui embarqueront Gnome 3 l’an prochain seront enfin en mesure de convaincre.

    J’ai passé l’an dernier sous Windows Seven et je suis passé à Ubuntu pour l’éthique. Je suis assez déçu des interfaces (KDE est une usine à gaz pire que Seven, c’est leent ! Enlightment est simpas, mais des habitudes à prendre et finalement Gnome 2)

    Ubuntu Netbook Edition est une franche réussite, je me demande si les constructeurs qui avaient choisi cette distribution il y a quelques années seraient à nouveau intéressés pour retenter l’expérience. UNR a évolué en UNE et l’interface est nettement plus agréable.

    J’ai aussi constaté que depuis mon passage à Linux, j’ai l’impression de maitriser mon matériel. Je m’explique :
    sous Seven, mon disque dur grattait TOUT LE TEMPS, sans rien faire (regarder un film, surfer…) avec des pic de température du GPU inexpliquées. Depuis tout est stable et le disque n’est que rarement utilisé 🙂

    alex i :

    Cet article est un peu naïf (c’est dit sans méchanceté) et beaucoup trop ambitueux.

    On ne peut pas dire (windows|mac os|linux) est […], sans véhiculer de gros clichés bien erronés.

    L’époque des gros stéréotypes est terminé, et la richesse des OS et softs disponibles fait qu’il va devenir de plus en plus difficile de catégoriser les différents systèmes.

    Je me permets, juste pour le sport, de contredire deux/trois grosses idées reçus répétées par cet article :

    « Un autre avantage considérable de l’hégémonie de Microsoft Windows est que l’ensemble des applications existantes ont été créées pour Windows. »

    Pas d’accord. Historiquement, l’intelligence de microsoft a été de viser le personal computer (pc, en opposition aux gros mainframes de l’époque) avant tout le monde. Ils ont ainsi bénéficié d’une bonne longueur d’avance en ce qui concerne la conquète des ménages, et la plateforme windows a vu se développer un paquet d’applications « pipo » (vous savez, ces trucs révolutionnaires qui sont sensés accélérer votre ordinateur, ou vous permettre d’imprimer vous même vos cartes de visites ?) destinées aux novices de l’informatique que constituaient les ménages moyens. Cette période est terminée aujourd’hui, pour la simple et bonne raison que l’adolescent moyen est né en 1995 avec une souris dans la main, et qu’on ne peut pas le filouter en lui vendant un truc qu’il peut faire en deux minutes avec mspaint ou the gimp.

    « [Windows est] instable sur le long terme ».
    C’était vrai à l’époque du légendaire « DLL Hell ». Aujourd’hui, les méchanismes du GAC (global assembly cache) ont en partie résolu ces problèmes de trucs rémanents suite à des installations/désinstallation de softs. Mon seven se porte comme un charme, même après moulte tests de logiciels divers et (a)variés.

    « Mac OS est cher »
    29€ en version mono user, et 49€ en « pack familial ». Cher ? Je me permets de rappeller que les seven pro et familial coûtent 300 et 120 brouzoufs, et qu’une mandrake est vendue aux alentours de 50€.
    Il est vrai qu’un macbook pro peut sembler cher en comparaison d’un laptop aux même caractèristiques sous windows, mais le service, le design du produit, et le confort d’utilisation peuvent justifier la différence de prix. A chacun de voir.

    « stabilité reconnue »
    Malheureusement, les machines sous mac os x se démocratisant, il y a de plus en plus d’exploit qui voient le jour. Selon le dernier rapport de la société secunion (http://secunia.com/gfx/pdf/Secunia_Half_Year_Report_2010.pdf), apple passe derrière oracle en terme de non-correction des failles de sécurité. Et comme nous l’a appris microsoft, sécurité compromise = crappy stabilité.

    Enfin, je m’insurge sur les trois mauvais points affublés à linux (bah, oui, quand même, je suis encore un peu pro-linux) :
    « Méconnu » : Nop. Ubuntu, et android (et bientôt meego) ont déjà fait et feront encore énormément pour l’image de linux. Le péquin moyen sait désormais que linux n’est pas le nom d’un gaulois dans asterix, et ça, c’est déjà un sacré pas en avant !

    « Nécessite un apprentissage » : Non ! Regardez jolicloud ou meego ! Il faut apprendre à cliquer sur un bouton pour pouvoir s’en servir, mais en dehors de cela…

    « peu d’applications pro et de jeux » : En ce qui concerne le jeu, je ne peux qu’agréer. Malgré de gros efforts (playonlinux), l’offre n’est pas encore à la hauteur de ce qu’on trouve sous windows. Par contre, concernant les applis pro, dans mon secteur d’activité (la finance), la plupart des applications pro refusent de tourner sur autre chose que des serveur linux/solaris.

    TimCruz :

    @alex i : pour la naïveté. Comme je le disais par soucis de taille d’article j’ai du faire quelques raccourcis mais l’idée est la!
    Sinon j’aime assez ton approche du sujet. Même si elle n’est pas totalement vrai à mon goût :
    1. Pour Linux. Oui, Linux n’est plus un perso d’Asterix mais ca se limite à ca! Nombreux sont les idées fausses à son sujet. Pour les softs, on parlait de soft grand public ou de soft Windows porté sous Linux.
    2. Pour Mac OS. 30€ c’est la màj vers Snow. Sinon c’est 500€ (http://store.apple.com/fr/product/MAC_OS_X_SVR?mco=MTM3NDkzNzI). Le service ne justifie pas tout!
    3.Pour Windows. Je ne dis pas que Microsoft n’a ps très bien joué lorsqu’il a tout misé sur son OS Windows 1.0. Au contraire. Chapeau! Mais même sous 7 (bien que ce système soit un des plus aboutis et stable de Ms depuis longtemps) je déplore un mauvais vieillissement du système. Demande à ma geekette dans quel état est notre media center 7 en seulement 6mois.

    alex i :

    Concernant le point 2, attention, tu pointes une version serveur de mac os x.

    Le gag, chez apple, c’est que la version mise à jour sert aussi pour l’installation fraiche (qui n’est pas sensée arriver dans le monde parfait de apple, car un mac ne plante jamais et est livré avec on OS ! ;))

    TimCruz :

    @alex i : je ne vais pas te contredire puisque je n’en ai pas fait l’essaie. Mais je doute que l’accord de licence d’une version màj te permets d’installer MacOS X Snow sur une autre machine que celle qui avait déjà Mac OS X à la base…

    alex i :

    Absolument pas, en effet.
    Tu ne profites donc plus de la garantie et tu ne peux pas légalement vendre ta machine, mais en dehors de cela, rien n’empeche de monter et configurer un hackintosh.

    TimCruz :

    @alex i :Le but de l’article est de comparer les OS dans leurs limites légales. De fait, tu illustres clairement mon propos au sujet de la politique Apple.

    alex i :

    Ah oui, ça, pour apple, je ne me permettrais pas du tout de contredire le fait que leur politique soit à la limite du totalitaire !

    J’affirmais juste mon désaccord sur leur politique de prix, qui a viré depuis quelques années du « shiny, and expensive » vers le « small bits of chiny, and not so expensive ».

    Apple, ce sont les mecs qui ont tout de même compris qu’il était préférable de proposer 40 mini applications à 2€, plutôt qu’une grosse application à 80€.

    alex i :

    Un dernier truc avant de partir (oui, oui, je sors !) la politique ultra-propriétaire d’Apple est un inconvénient, mais aussi un avantage, en terme de sécurité.

    Vous vous souvenez de l’affaire du wallpaper android voleur de données personnelles ? (http://www.gizmodo.fr/2010/07/29/une-appli-android-malveillante-extorque-des-donnees-personnelles-a-un-million-dutilisateurs.html)

    Bien sur, apple s’est aussi fait avoir avec une application « lampe torche », qui permettait le tethering. Mais je ne pense pas qu’il laisseront autre chose passer 🙂

    PS: il ne faut pas prendre mes interventions comme une agression, j’aime juste beaucoup la discussion. Keep up the good work.

    Voila, je m’en vais pour de vrai 🙂

    TimCruz :

    @alex i: nan reste, j’aime quand on nourri le débat! C’est à ca que servent les commentaire 🙂

    Par contre, je ne vois pas l’intérêt du lien Gizmodo? Tuveux dier qu’il y a des failles dans Android? Il y en a dans tous les OS, raisons pour laquelle les failles de sécurité ne sont présentes dans aucuns – des OS.

    Spip :

    « la politique ultra-propriétaire d’Apple est un inconvénient, mais aussi un avantage, en terme de sécurité. »

    C’est bien sûr totalement faux. Les failles de sécurités sont découvertes sur les logiciels libres ET privateurs. La différence, c’est que pour le logiciel libre, elles sont corrigés la pluspart du temps bien plus rapidement.

    alex i :

    TimCruz : Je développe : Google est beaucoup plus permissif et moins regardant sur l’entrée dans leur boutique en ligne (android market place, je crois) qu’Apple (app store). Ce qui a mené à une situation ou il était disponible une application malveillante sur le market place, chose qui n’a que peu de chances d’arriver sur l’app store d’apple à cause de leur politique hyper restrictive.

    Spip : Oui, je sais, travailler dans le libre aide à corriger les failles de sécurité plus vite, rend beau, intelligent et fait démarrer les motos russes. Mais je ne parlais pas de faille de sécurité, comme précisé ci dessus 🙂

    En bref, je ne parlais pas des OS android et IOS, mais des application de leurs écosystèmes respectifs.

    TimCruz :

    @alex -i:Je ne connais pas la politique logiciel Android pour son app store. Par contre, ton raisonnement revient à dire : « les chinois ont raison d’interdire tout dans leur pays, ca limite la diffusion de la drogue et de la délinquance… ». Apple se cache derrière ces arguments plutôt mauvais quand leur seul objectif et de faire du fric. Après, je le reconnais, les produits Apple sont très bons (profitez, je le dis pas souvent 🙂 )

    skhaen :

    Gnu/Linux : « nécessite un apprentissage »

    non non et non, TOUT les OS nécessitent un apprentissage, aussi bien windows, mac que linux !

    alex i :

    TimCruz : Je ne dis pas que j’approuve, hein. Je suis le premier frustré de ne pas pouvoir developper pour mon iphone sans avoir à cracher les 99€ du dev center d’apple.

    (Quelqu’un sait si on peut développer des applications android sans avoir à passer par une souscription à la mord moi le sombrero pour les tester sur son téléphone perso ?)

    Lucister :

    J’ai passé 3 ans sur Windows, dont 2 ans sur XP et 1 sur Vista, +1 ans sous Linux Ubuntu et -1 an sous Mac dont je suis encore, et Windows est un OS qui manque de convivialité, qui est trop « artificiel », et Ubuntu est un super OS dont les défauts propres à lui même sont difficiles à trouver mais souffre d’un certain manque de stabilité, et Mac, un OS élégant, amusant à utiliser mais beaucoup trop dans l’ambiance « propriétaire » et « fermé », tout est fourni par Apple, dont les drivers de cartes graphique et d’autres truc qui sont obsolètes et pourris, Apple choisi tout à notre place, aucune liberté.

    plume :

    Je suis profondément réac’, ce qui n’est pas geek du tout, je sais. Je ne pourrais pas garder éternellement la nostalgie de mon XP pro, c’est pour ça que ce débat m’intéresse! Mais au final, je ne suis pas sûre que ça m’aide à choisir! Le test personnel semble le meilleur moyen de définir ses besoins, ses modes d’utilisation, et (oui Timcruz, je persiste et je signe :-p ) ses préférences totalement arbitraires et futiles!

    Je n’ai pas beaucoup eu l’occasion d’essayer les mac, et la popularité d’apple actuellement entre son ipod/ipad/iphone me semble exagérée par rapport à sa réelle valeur, ce qui m’encourage à faire de la résistance. Ca m’a rendue dingue quand il y a deux semaines une nouvelle iphone addict a affirmé qu’il n’y avait qu’apple sur ce marché! Alors qu’Android et les nombreux téléphones qui l’utilisent valent bien un iphone!!

    En revanche, je dois dire que pour une novice le monde de Linux est perturbant:
    premier écueil: quelle distribution choisir? Même mon geek passe son temps à en changer, par amour du test et recherche de la perle rare parfaite!
    second écueil: les manipulations. Ca OK, il faut se donner le temps d’apprendre, la faute à microsoft qui a bercé ma jeunesse au lieu de linux. Mais même en apprenant, je m’arrache souvent les cheveux quand je veux choisir une application, et que je ne trouve pas celle qui me convient (savant dosage entre possibilités qu’elle offre et simplicité car quand même je ne veux pas un truc pro!).
    Résultat: beaucoup de temps passé pour moi sous Linux, pour 3 fois rien! Parce que, heureusement, je peux trouver des conseils/aides/tutos sur le net.

    Inutile de parler de Windows. Ce n’est certes pas pour ses gadgets domestiques de plus en plus nombreux que je l’utilise, mais l’avoir en dual boot sur mes PC a un côté rassurant, familier.

    Après, pour les idées reçues…les logiciels évoluent si vite qu’ils vont bientôt (et le font déjà) se marcher sur les pieds, alors là oui, la question de l’éthique deviendra fondamentale dans un choix, et la question de la légalité aussi (merci Big Brother).

    Benj :

    Bonjour à tous,
    désolé de relancer le troll autour de la question des OS mais … non TimCruz n’est pas un intégriste du libre !
    Pour ma part, la souris à deux boutons est une révolution par rapport à la souris Mac où il faut appuyer sur une touche du clavier et sur le bouton de la souris.
    Le rapport privilégié entre Apple et le graphisme est, amha, en déclin si ce n’est terminé car les PC (et non Microsoft) non plus grand chose à envier aux Mac (sauf peut être la batterie pour les portables)!
    Quant à GNU/Linux, effectivement il apporte le libre (et/ou bidouillage du code), le gratuit au grand public surtout depuis l’arrivée d’Ubuntu. Mais bon nombre de tâches reste encore à exécuter en ligne de commande faute de résultat satisfaisant via l’interface.
    Enfin Windows, grand gagnant du XXe siècle. Il a su s’imposer, peut-être au terme d’une bataille où la libre concurrence fut mise à mal, mais il a le mérite de donner satisfaction en apparence. Il est sûr et certain qu’en étant le plus vu, on est le plus attaqué !
    Mais il faut bien avouer ni Linux, ni Mac n’était destiné véritablement au grand public soit par leur complexité, soit par leur prix !
    Alors oui, Apple/osX sont graphiquement réussis mais dans certains cas ils manquent d’ergonomie, en plus d’être terriblement cher.
    Oui, GNU/Linux s’est familiarisé avec le grand public, mais il reste dans certains cas relativement complexe.
    Et oui, Windows n’est pas parfait, il a le défaut d’être connu et utilisé par tous au moins une fois dans nos vies ce qui horripile les plus atteints d’entre nous.
    Mais franchement, n’est-il pas plus important que chacun puisse vivre sans remarque sur son OS ? N’est-il pas plus important que chacun puisse faire sa propre expérience ?

    TimCruz :

    @Benj : tu résumes vraiment bien la situation. Après, les ardus défenseurs du libre te taxeront que quoi que fasses Ms et Apple, ils ne sont pas open source…

    OSS | Pearltrees :

    […] Cédric Corazza, e-Jim, Eric/DonRico Introduction Conclusions. Windows, Mac ou Linux, que choisir ? Philosophie des systèmes d’exploitation. Pourquoi vous préférez ce système d’exploitation plutôt qu’un […]

Laissez un commentaire

Catégorie(s): Software