Banner
Banner
Banner

Pour une migration plus tendre vers GNU/Linux?

Par - le juin 1st, 2011

Je lisais récemment sur le blog de Philippe Scoffoni qu’UFC que Choisir a décidé d’intensifier son combat contre la vente liée. Derrière des airs rébarbatifs la situation peut se révéler favorable à l’adoption de GNU/Linux mais surement pas pour les raisons avancées par beaucoup.

Revenons donc plus en détails sur les démarches engagées par UFC que Choisir. Depuis 2008, l’association de consommateurs milite conte la vente liée. Le 5 Mai 2011, HP s’est vu condamné par la Cour d’appel de Versailles pour ce même motif.  Fort de cette décision, UFC désire aller plus loin que ce que la loi impose actuellement aux marques (à savoir mentionner le prix des logiciels préinstallés et mettre en place une procédure remboursement de ces logiciels). L’association désire en effet l’approbation de deux propositions concrètes (je cite) :

  • L’information : rendre obligatoire l’affichage séparé du prix des ordinateurs de ceux des logiciels pré-intégrés.
  • L’optionalité : L’acquisition d’un logiciel doit être optionnelle. En l’occurrence, si un logiciel payant est préinstallé, son activation doit faire l’objet d’une transaction distincte. Cela permet également d’envisager l’installation de plusieurs systèmes d’exploitation : le consommateur paierait alors celui ou ceux qu’il envisage d’utiliser. Rappelons qu’un système similaire a été mis en place pour les navigateurs Internet à la demande de la Commission Européenne. Un tel système garantirait le libre choix des consommateurs tout en encourageant aussi la concurrence sur le marché des logiciels.

Pour plus d’information sur le sujet, je vous invite à consulter le billet d’UFC que choisir. Si le choix optionnel et distinct des logiciels est une chose aisée, il en est tout autrement pour les systèmes d’exploitations.

Le choix de l’OS, une solution techniquement envisageable?

La possibilité de choisir son OS via un système de ballot-screen, comme pour les navigateur, me faisait déjà rêver il y a plus d’un an avec Sckyzo. Mais peut-on techniquement l’envisager sans que ce soit un poid pour les professionnels de l’informatique? Oui! Les options sont même nombreuses. Par exemple, Phillipe, lui, a tendance à croire dans les possibilités de virtualisation. Mais si profiter d’un mini-système Xen qui exécute l’OS de son choix virtualisé est techniquement réalisable, je ne crois pas, pour ma part, à cette solution en raison de ses limitations. Bien qu’ un ordinateur de plus ou moins 500€ loge maintenant un processeur multi-core capable d’encaisser un système virtualisé, celui-ci, malgré les évolution réelles de la virtualisation, se trouverai castré. Envisageriez vous de faire fonctionner un jeu de type Sims3 dans un système virtualisé? Oubliez, vous seriez bien déçu…

Si 80% des usages informatiques actuels sont axés autour du web, il reste dommage de proposer une machine qui ne peut exploiter son plein potentiel.

Viens ensuite l’option de dual-boot qui proposerait au démarrage de choisir l’OS désiré. Le système est plus qu’éprouvé et l’immense majorité des utilisateurs de GNU/Linux garde sous le coude une partition Windows pour ce faire. Reste l’impossibilité d’une réelle optionalité telle que la désire UFC que Choisir : les systèmes sont figés, préinstallés.

Une des dernières solutions, que je trouve moi la plus viable, est celle très majoritairement utilisée actuellement : une partition de restauration, appuyé par des DVD de restauration. Un logiciel proposerait le déploiement de telle ou telle image système et donc un OS Microsoft et/ou GNU/Linux (ou autre). Ce système est déjà rodé et, les disques durs étant de plus en plus volumineux, agrandir la partition de réinstallation de 4/5Go pour y intégrer une distribution reste faisable. On peut même imaginer une installation qui va chercher ses sources sur Internet, à l’image de ce que propose Debian.

Pourtant, il est des obstacles d’un tout autre ordre à l’application de la proposition de UFC.

Le choix de l’OS, une solution bien compliquée à faire accepter.

Imaginez : vous, Mr Toutlemonde et votre épouse Mme Michu, décidez de faire l’acquisition d’un nouvel ordinateur. Vous avez vu sur un des nombreux prospectus qui polluent votre boite aux lettres une offre qui vous semble intéressante. Vous vous rendez donc dans votre grande surface où le vendeur affecté au rayon informatique (qui dans 1 semaine vendra sans doutes des aspirateurs, mais là je troll) vous demande quel système d’exploitation vous désirez utiliser avec votre ordinateur.

vendeur_info

La situation laisse alors place à au moins 3 solutions :

  1. Vous savez  ce qu’est une système d’exploitation, vous savez ce que vous désirez et optez en magasin pour la solution technique qui vous convient. Votre facture se retrouvera peut-être au final un peu plus lourde que prévue puisque le prospectus n’indiquait qu’un caractère illisible la notion de système en option dans le prix.
  2. Vous n’avez jamais connu que Windows et vous demandez donc quelle est la raison de ce choix bizarre qui vous est proposé. Le vendeur (qui peut-être saura très bien vendre un Dyson dernière génération) tente de vous expliquer tant bien que mal qu’il existe des alternatives à Windows, gratuites (oui, open-source et libre sont, actuellement, des notions encore peu connues du grand public). Au mieux, le choix de l’OS se révélera satisfaisant, au pire il sera catastrophique : tout le monde ne retrouve pas ses petits avec tous les OS du marchés.
  3. Vous désirez reporter votre décision (persuadé que dans une semaine le même vendeur essaiera de vous vendre des sacs avec un aspi-tornade Dyson, le vil gredin). Une fois chez vous, vous vous retrouvez avec une machine qui vous pose la même question que le vendeur et dans le meilleur des cas un système de validation de sa commande en ligne a été prévu (ce que je pense), ce qui vous obligera à quelques transaction financière supplémentaires.

Vous le comprenez : je désire mettre ici en évidence la complexification de la situation qui risquerait d’énerver plus d’un utilisateur ; lequel, en plus, se sentirait peu concerné par la vente liée et pour qui la solution impliquerait un enfermement plus grand que le mal qu’il est sensé guérir.

distributions_linux

Arrive ensuite la notion de choix à proposer. S’il est bon de mettre un frein à la vente forcée, quel système sera alors proposé en sus de Windows? Il existe à l’heure actuelle un nombre particulièrement grand de distributions GNU/Linux et même si l’on ne conserve que les grandes distributions (Red Hat, Debian, Mageia, Ubuntu, Fedora, etc.) les possibilités restent très nombreuses. Il est impossible de réellement attendre d’un constructeur un support pour tous les OS et certains se retrouveront donc finalement lésé par le ballot-OS.

Malgré tout, si les objectif de UFC que choisir étaient atteint, il en adviendrait de bons points pour la popularisation de GNU/Linux et des logiciels libres/open-sources.

Pour une migration plus tendre vers GNU/Linux?

Je ne suis pas de ceux qui pensent que, d’entrée de jeu, la proposition d’un système GNU/Linux à l’installation augmenterait radicalement ses parts de marchés. En effet, les gens désirant un Windows – qui auront acheté un PC parce que vendus avec Windows et a qui le vendeur dira Windows c’est bien – choisiront Windows dans le ballot-screen. Au final, seulement quelques curieux tenteraient l’aventure ; je le crains, non sans nuits blanches et besoin d’assistance…

zoburo-linux


Toutefois, si les marques se voyaient dans l’obligation de proposer leurs machines compatibles avec des OS GNU/Linux, on peut-être sûr que celles-ci collaboreront d’avantages avec les développeurs de drivers Linux. On reproche souvent le manque de compatibilité des matériels avec Linux. Le savoir faire, et les deniers, des grandes marques sauraient faire largement avancer la situation. Il ne serait plus nécessaire, par exemple, d’attendre plusieurs mois avant de bénéficier du support d’une nouvelle technologie (comme l’optimus, par exemple).

Qui plus est, l’image de marque de GNU/Linux s’en trouverait grandie. Bien qu’il faille reconnaitre que Ubuntu a grandement fait évolué les mœurs, pour beaucoup GNU/Linux est un OS de geeks. Il en sera surement tout à fait autrement lorsque les PC destinés au grand public en seront équipés. Xandros, pour l’EeePC 701, alien qui a vu naitre l’engouement pour les netbooks, a déjà amorcé le phénomène. GNU/Linux peut-être utilisé facilement et sans encombres par presque tout le monde. Il ne reste plus qu’à le faire comprendre à tous. Vendre des PC fiables, labellisé GNU/Linux, ne fera donc que du bien à l’image de l’OS.

En ce sens, malgré l’aspect brut des propositions d’UFC, je pense sincèrement qu’elles pourraient nettement favoriser le support et l’image de Linux, pour à terme permettre une migration plus tendre vers GNU/Linux. Malheureusement, cela devra passer passer par une étape difficile durant laquelle les habitudes utilisateurs vont être bousculées.

Tags: , , , , , , ,

23 commentaires to “Pour une migration plus tendre vers GNU/Linux?”

    Mogwai :

    Personnellement de nombreuse personne de mon entourage sont déjà incapable d’installer seules des logiciels………..alors le choix du système d’exploitation….

    Et de toute façon, le vendeur toucheras probablement une prime pour chaque vente de l’os Microsoft et rien pour Linux…….donc les informations serons très très orientés….

    Franck :

    Trop compliqué ? Dans ce cas, pourquoi ne pas inclure les prêts à la consommation dans le prix des voitures ? C’est compliqué à choisir un prêt , non ? Et puis la plupart des clients ont besoin d’un prêt pour acheter leur voiture, alors bon, compliquer tout ça pour quelques intégristes du paiement comptant, ou des hurluberlus qui veulent choisir eux-mêmes leur organisme de financement, avec toute la paperasse compliquée que cela implique… L’interêt du consommateur, c’est quand même de pouvoir repartir avec sa voiture, non ? Pour le reste, laissons les gentils vendeurs s’en occuper, sans leur compliquer la vie à eux non plus…

    Sergio :

    Et les Macs, l’UFC y a pensé aux Macs ?

    Shnoulle :

    Oui, mais (j’adore les oui mais).

    Aujourd’hui, même celui qui veut ne peut quasiment pas. Le problème est là.

    Proposé au minimum : « voulez vous installer MS-Windows » ou « Voulez vous installer vous mêmes votre SE » .

    Cela me conviendrais, une grande majorité de personne installerais tout de même MS-Windows, mais ils auraient effectué un choix, un choix non éclairé, mais un choix.

    Stef :

    Salut

    non mais .. j’adore contredire avec les non mais^^

    pour introduire je suis un grand utilisateur linux « je ne vis que pour ça » et d’après l’article je fait partie d’une minorité qui non pas de partition windows.
    Mais pour ma part je suis totalement contre une intégration de linux dans les nouveaux PC.

    Je m’explique prenons une marque au hasard PB qui adore pourrir un système sous windows avec ses logiciels propriétaires sans oublier de faire un pacte avec le diable ‘norton’ et enfin mettre ses pubs idiotes de raccourci ‘ebay’. Cette ensemble vous l’avez tous vue un jour rapport des sous à la marque (sinon ce ne serai pas là). Imaginons maintenant cette même marque contraint de proposer linux sur ses PC n’iront pas chercher du debian ou du fedora ni forcement ubuntu(peu être au début) mais à terme se retrouveront à recompiler le noyau pour leurs matériels (ba oui linux autorise) et créeront leur système linux le PB-OS (complétement copier sur un debian bien sur) mais le problème de cette alternative linux ne sera pas libre mais bien propriétaire de notre marque (oui linux l’autorise). Donc au final on aura le choix entre windows et un linux propriétaire (vive le choix).
    Et quesqu’un linux propriétaire? prenons cette fois android (qui est un système autant libre que propriétaire) libre car on peu trouver sur le net des supers roms clustoms (http://www.cyanogenmod.com/) dérivé de l’AOSP (http://source.android.com/) propriétaire dans le cas de samsung ou d’orange par exemple complétement bridé de tous les cotés. Et c’est ce résultat qui est moche car le linux propriétaire est dépendant de son propriétaire qui peu mettre des mois pour mettre a jour un simple paquet classé critique(voir même jamais pourquoi ce faire chier).

    Enfin voila ma pensé donc même si je suis le premier a prôné l’utilisation de linux pour l’utilisateur lambda, je suis défavorable à l’idée d’obliger les grands marques à l’installation de linux. Cela gâcherai l’image de linux et du libre. Le mieux à mon avis c’est de favoriser le remboursement des licences windows pour les utilisateurs qui n’en voudront pas.

    tap :

    C’est drôle d’avoir pris l’exemple de Dyson, car depuis que cette marque a étendu sa garanti à 5 ans, ils ont été exclus de certaines enseignes car ils les empêchaient de vendre leur (inutiles et lucratives) extensions de garanti….

    Christophe :

    On avait évoqué à une époque, la possibilité de vendre le bundle OS + crapware à part, préinstallé, mais activable uniquement avec une carte à gratter, un code ou un dispositif du même ordre.

    Ce ne serait pas plus facile à pirater que les systèmes actuels (WGA et consort), mais pas moins et au moins deux problèmes non évoqués seraient résolus :
    – Ceux qui ont _déjà_ une version de Windows (boite, propre) n’en paieraient pas une autre (OEM, bien chargée de crapwares)
    – La prise de conscience de la différence du cout de l’OS « sponsorisé » par rapport à l’OS « boite », qui ferait plus souvent se poser la question du « pourquoi » (« A qui profite le crime »).

    Et tous, pas uniquement ceux qui n’en voudrait pas du tout, pourraient comparer des matériels « nu »; ce qui est finalement la meilleure des raisons d’être opposé à la vente lié.

    bourru :

    Bonjour,
    Je possède plusieurs matériels informatiques et j’utilise Windows 7, LinuxMint (de plus en plus) et Android (smartphone et tablettes).
    Je pense qu’il ne serait pas bien compliqué de vendre des ordinateurs sans OS (comme mon ordi de bureau acheté chez un assembleur) et laisser l’utilisateur installer son OS acheté à part. Avec W7 ou LinuxMint ce n’est pas bien compliqué. C’est d’ailleurs ce que l’on faisait avec W-XP lorsque la machine était livrée avec un CD d’installation.
    Par ailleurs, ceux qui parlent ici de Linux me semblent ne pas l’utiliser. Je l’ai installé sur plusieurs PC sans aucun problème pour les PC récents (Acer Aspire, Samsung NC10, Dell Vostro, ordi assembleur), les drivers (Nvidia, ATI, Wifi) sont pris en compte sans installation ultérieure. Tout est fait de façon transparente, les mises à jour sont automatiques.
    Pour les PC plus anciens, il peut y avoir quelques problèmes avec les cartes son (Realtek notamment). Là il est vrai qu’il faut bidouiller.
    Petite remarque amusante pour les Mac users. J’ai émulé un MAC (Leopard si je me souviens bien)sous LinuxMint sans trop de bidouille (en plus de Windows dans une autre fenêtre).
    Pour conclure, on peut très bien vendre des PC sans OS, ou avec des OS préinstallés autres que Windows (voir ce qui va se passer avec les PC Chrome et le Cloud computing).

    Stef :

    « Par ailleurs, ceux qui parlent ici de Linux me semblent ne pas l’utiliser. »

    Je me sent offensé par tes propos.

    Par ailleurs les drivers installés par défaut sont generic (ce n’est pas les vrai nvdia, essai de faire de la 3D par exemple) ce que l’auteur a voulu souligner ce sont les drivers périphériques par exemple si tu branches ton G15 il sera reconnu comme clavier mais sans les touches en plus…

    bourru :

    @ Stef « Je me sent offensé par tes propos ».
    Je ne cherchais pas à t’offenser et si tu l’as ressenti comme tel je te prie de m’en excuser.
    Ce que je cherchais à dire c’est que pour la majorité des gens qui achètent un PC il n’est pas plus difficile (voire plus facile) d’installer LinuxMint que Windows ce qui n’était pas le cas il y a 2 ou 3 ans et donc que l’argument Linux c’est pour les Geeks n’est plus de mise.
    Cordialement

    Pierre-Marie :

    +1 Franck,

    Excellente comparaison !
    Je m’en re-servirais à l’occasion (en copyleft 😉 ).

    De toute façon, si les gens sont déjà paumé sous Windows pour une « simple » installation de logiciel, ils seront d’autant mieux sous une distrib Linux disposant d’un gestionnaire de paquets avec moteur de recherche…

    Seul souci : comment installer le logiciel de m***e qui se trouve sur le CD du dernier Windows magazine like. 😉

    Stef :

    🙂 je blaguais un peu

    c’est juste ta phrase qui était bizarre ce « qui parle ici de linux » et on était deux à parler linux l’auteur et moi.

    TimCruz :

    @Franck : la comparaison ne tient pas. Les prêts sont dissociés en raison de la somme trop importante qu’ils sont censés couvrir. Qui plus est, ce qu’ils englobent (taux d’intérêt, part d’entêtement calculé, etc.) veut qu’il soit nécessaire de les isoler.
    Par contre, achèterais tu sans râler ton pantalon sans ses boutons qui devraient être achetés à part?

    @Stef : c’est clair que le PB-OS est un problème catastrophique.

    @bourru : tout le monde n’est pas capable d’installer un OS, même si simple de déploiement que Mint, Ubuntu ou Windows. Je pense aux néophytes qui sont encore nombreux. Qui plus est, reste les drivers spécifiques (par ex. le optimus de nvidia qui existe depuis presqu’un an est seulement supporté par linux que depuis peu). Là, les constructeurs peuvent apporter une bonne plus-value. Sans parler du support des périphériques…

    @christophe : je ne suis pas tant sur que cela renverserai la tendance. Regarde, suite à ses accords avec htc, Microsoft gagne plus avec les ventes de mobiles htc sous android que sous w7Phone…

    abdi :

    Bel article, bien détaillé et tout et tout…

    TimCruz en sait quelque chose, pour moi qui vient de faire l’acquisition d’un nouvel ordinateur, un macbook pro en l’occurrence, la question du système d’exploitation et donc des pilotes s’est posée.

    Voulant un ordinateur avec des performances assez élevées et donc plutôt récent, j’ai plutôt misé sur Apple du fait que c’est un système de type UNIX et que de toute façon je ne supporte plus les différentes versions de Windows quelles qu’elles soient. Il faut dire aussi que je suis dans une période où un ordinateur c’est fait avant tout pour être utilisé et non pour être configuré. Ce qui peut être parfois un calvaire avec certaines cartes graphiques (ATI par exemple) et autres matériels.

    Si les constructeurs étaient plus ou moins obligés de collaborer avec les développeurs de pilotes pour GNU/Linux, je ne me serais même pas posé la question, j’aurais tout de suite opté pour un PC sous GNU/Linux.

    Je suis développeur Web, entre autres. J’utilise pas mal Virtualbox pour avoir un environnement équivalent à l’environnement de production, chose que je faisais déjà sous GNU/Linux, Ubuntu plus particulièrement.

    @TimCruz, tu l’auras bien compris, j’essaie juste ici de me donner bonne conscience… 😉

    TimCruz :

    @abdi : MacOS ou Unity de toute façon :-p

    Christophe :

    @TimCruz : Je n’ai pas dis que ça renverserai la tendance, mais je pense qu’une partie des clients se poserait la question de savoir « pourquoi » ils se verraient offrir un bon de réduction pour installer l’OS de Redmond !

    Parce que dans certains cas, ça irait jusque là ! Il n’y a pas que Microsoft qui joue au jeu du dealer (« Le premier rail de coke est gratuit ») avec MS Office.
    J’ai en mémoire, il y a quelques années, une option facturée 40$ par SONY pour livrer ses PC sans l’énorme Bundle logiciel habituel.

    Pour moi, le but n’est pas de réduire la part de Windows (ça arrivera, mais ce sera faible), mais bien de pouvoir comparer des matériels nus, sans la distorsion provoquée par des remises différentes selon les constructeurs, les volumes , etc.
    Qu’au final le bundle OS soit vendu, offert, ou même qu’ils payent pour être installés, ce serait dans les mêmes conditions pour tous les matériels, d’où un assainissement de la concurrence.

    alex :

    Autant je suis fervent défenseur de la cause GNU / LINUX, autant je suis contre obliger les constructeurs à fournir des machines sous linux.
    Pour plusieurs raisons :

    – Vendre un pc sous linux, c’est de la vente liée. Certes, le produit n’a rien couté, mais c’est du travail de la part du constructeur, donc ça a un prix, que l’on peut dissocier du prix du matériel.

    – Si un constructeur se met à faire du linux, c’est une bonne chose pour le monde du libre certes, mais comme souligné plus haut, c’est le meilleur moyen de fournir les machines avec un tas de logiciels pourris / favoris douteux / antivirus inutiles => mauvaise image pour Linux

    Pour terminer, un constructeur qui fait la démarche de fournir un pc sous linux, gagne des points. Même si c’est pas parfait il y a fort à parier qu’au moins il joue le jeu (démarche volontaire). Une démarche forcée n’amènerait qu’à une piètre qualité d’integration.

    Franck :

    @TimCruz : bien sûr que ma comparaison tient. Elle tient même d’autant mieux qu’elle met en parallèle des objets juridiques similaires. Le matériel, que ce soit une voiture ou un ordinateur, t’es vendu et tu en deviens le propriétaire. Tu peux en faire ce que tu veux, le démonter, le broyer, le donner, le revendre. Par contre, le logiciel ne t’es jamais cédé réellement, tu n’obtiens qu’une concession de droit d’usage (une licence), dans un contexte précis (lié le plus souvent à l’utilisation sur un matériel donné, licence de type OEM, que tu ne peux réutiliser ailleurs).
    Il s’agit d’un service, tout comme ton prêt. C’est même une des raison qui fait qu’on peut parler de vente liée : il y a par nature deux contrats distincts, sur deux objets distincts (du matériel et un service). En plus, le contrat de service (le CLUF) ne t’es présenté qu’après l’achat, sans que tu aies pu en prendre connaissance au prélable !
    Donc non, l’OS n’est en aucun cas l’équivalent des boutons du pantalon.

    ben :

    Bonsoir,

    @ Mogwai : « Et de toute façon, le vendeur toucheras probablement une prime pour chaque vente de l’os Microsoft et rien pour Linux…….donc les informations serons très très orientés… »

    Je me permets de donner mon avis de vendeur de pc ou de Dyson (c’est selon…).

    Vendre un pc, à l’heure actuelle, ça ne rapporte rien. La marge moyenne est d’environ 4-5 % donc parler de prime sur ce type de produit ça m’a franchement fait marrer…

    De même c’est souvent les clients qui se sont orientés tout seul vers leurs choix : Mme Michu elle veut du core i7 pour surfer sur le web et taper ses recettes de cuisine sous Word (Elle affirme qu’open ou libreoffice c’est trop nul).

    Les conseils du vendeur ; elle s’en tape car son beau frère est spécialiste de l’informatique (il change des barrettes de mémoires vives de temps en temps). Donc bon…

    Avoir du matériel équipé d’OS Linux rendrait juste mon travail plus ludique, ce qui n’est pas si mal. Autant pour moi que pour le consommateur.

    bourru :

    @Ben
    Si on veut montrer à Mme Michu l’intérêt de Linux, encore faudrait-il qu’elle puisse comparer « in situ » dans le magasin entre un PC Windows et un PC Linux Mint (j’insiste sur cette distro car elle se rapproche ergonomiquement de Windows identique), ce qui est rarement (sinon jamais) possible
    Pour le core i7, Mme Michu n’en a certainement pas besoin, mais si elle a un camescope HD, ou si elle enregistre la TNT HD, elle pourra regarder ses vidéos de façon fluide (et je ne parle pas d’un peu de montage). D’accord, un i3 serait suffisant.

    TimCruz :

    @ben : qu’on soit d’accord, je ne voulais pas dénigrer le travail des vendeurs (mais y adjoindre une pincée d’humour). Par contre, j’abonde dans ton sens : la marge faite sur un PC est ridiculement petite (j’ai aussi travaillé dans une boite de vente et service info).

    @Franck : je persiste à ne pas être d’accord même si je comprends maintenant mieux ton avis. Quoi qu’il en soit, je suis d’accord, la contrainte est faible. Mais c’est un public nettement moins averti qui va le déplorer…

    Nerach :

    @bourru : Faudrait pas oublier que le CPU aussi puissant soit-il, ne sortira rien de bon niveau graphique si la CG n’a pas elle-même un minimum de puissance…

    @TimCruz : Si tu veux vraiment faire la comparaison avec du prêt à porter, demande toi si tu achèterait un pantalon avec une ceinture super moche et visiblement pas très solide dont le prix serait inclus ?
    Alors ça ira surement bien pour les 3 ou 4 premier pantalons acheter mais au bout d’un moment la collection de ceinture moche ça va commencer a suffire d’autant que tu paye le prix de ces ceintures moche à chaque fois.

    J’ai une opinons bien trancher. Dans les magasins les UC devraient être vendu nu ! Et vendre à côté la boite avec l’OS. Les Darty & co n’auront qu’à crée un service pour installer l’OS à la place de Mme Michue s’il ne le font pas, ça fera le bonheur des indépendants qui dépanne déjà les PC à domicile depuis plus de dix an.

    geko :

    Je confirme que ce système est exclusivement pour les geeks et c’est un odieux mensonge de le prétendre à tort qu’il est « grand publique » avec une interface dégueulasse, lourd (comme le système) et des lignes de commandes obligatoires pour tout et rien! aberration!

    la jour où ce sera plus léger et avec une interface potable et sans ligne de commande là je migrerai dessus pour de bon!

    j’ai testé, j’ai gerbé, je ne mange pas de cette immondices salace qui est effectivement fait pour les geeks et pour leurs besoins! ce n’est ni fait pour tout le monde, ni fait pour être utilisé par le grand publique! qu’ils règlent ces problèmes, ils verrons que ça marchera beaucoup mieux et que plus de gens iront dessus!

    mais ces crétins ne comprennent pas qu’on ne veut pas se prendre la tête avec un ordinateur qui ne marche pas mais qu’on a besoin d’une machine qui marche et qui ne pose pas de problèmes (il y en a bien assez comme ça!) <= mais ça, ils n'ont pas l'air d'avoir la capacité de comprendre!

    je n'ai jamais entendu parler de quelconque progrès visant justement à VRAIMENT faire un système réellement accessible à tous, contrairement à leurs mensonges!

Laissez un commentaire

Catégorie(s): Dossiers, Software