Banner
Banner
Banner

Astérix chez les pictes renoue avec la BD de notre enfance

Par - le novembre 6th, 2013

Astérix chez les pictes_titre

Je ne vous ai jamais trop parlé de BD, pourtant j’en suis assez friand. Aujourd’hui, je vais brièvement vous parler du dernier opus d’Astérix : Astérix chez les pictes.

Astérix, pour toute une génération (voir même plusieurs), c’est quand même LE symbole de la BD française. Jeux de mots, tarte aux claques, caricatures, références historiques, rien n’était laissé au hasard avec cette BD d’anthologie. J’étais même amoureux de Rahazade étant enfant (je suis resté un grand enfant mais la passion pour la fille du sultan m’a un peu quitté)!

rahazade

Depuis, j’ai grandi et Astérix a souffert. Malmené par de tristes scénarii depuis la mort de Gosciny, il subit le paroxysme de son horreur avec « le ciel lui est tombé sur la tête » (en même temps, avec un titre aussi évocateur) qui mêlait humour gâché, référence loupée et hommage à Mr Disney et aux Comics. Bref, on assassinait nos pauvres gaulois. Et je passe sous silence les misérables adaptations ciné de la BD dont seul « Astérix et mission Cléopâtre » a réussi à me faire rire !

asterix_ciel_tete

Il était temps qu’Astérix se renouvelle tout en sachant puiser sa force dans ses racines…

Arrivent alors Ferri et Conrad. J’imagine que pour Uderzo, leur passer le flambeau de la franchise a dû être une décision difficile mais pourtant au combien bénéfique ! Lorsque j’ai ouvert mon exemplaire d’Astérix chez les pictes, je l’ai fait avec appréhension et apriori, ce n’était pas gagné. Et pourtant, force et de constater qu’au fil des pages, ce dernier opus est une pure réussite.

Astérix chez les pictes

Tous les codes de la franchise sont présents : humour loufoque, jeux de mots, caricature, allusion historique approprié… il ne manque plus que la citation latine. On retrouve avec cette BD, le plaisir des secondes voire troisièmes relectures de suite. Pour autant, la BD ne tombe pas dans la nostalgie facile mais a su faire évoluer ces codes de l’humour. Cet Astérix en devient contemporain et fidèle à ses origines. Je n’ai qu’un mot pour ça : BRAVO !

asterix-chez-les-pictes-ferri-conrad-1600x1065

Je pense que cette BD m’a rappelé surtout deux excellents tomes, « la zizanie » et « le grand fossé » tant par ses personnages que par la place centrale qu’il laisse à la femme dans l’histoire. Et à cet égard aussi, Astérix chez les pictes sait être contemporain dans son approche de la société et puiser dans ses origines culturelles. Je conclurai en félicitant tant Ferri, Conrad que Uderzo pour ce nouvel opus dont je vous conseille vivement la lecture. Et vivement le prochain !

Tags: , , , ,

5 commentaires to “Astérix chez les pictes renoue avec la BD de notre enfance”

    PROSPERO :

    ça faisait longtemps que tu n’avais pas posté d’article…
    ça fait plaisir de te relire…

    Je te trouve un peu fâche sur les adaptions cinématographique.
    Astérix et mission Cléopâtre était une excellente adaptation à mon goût.

    J’ai pas encore eu l’occasion de lire le nouveau tome, m’ais j’avoues que tu as attisé ma curiosité !!!!

    Merci pour tes posts

    TimCruz :

    Oui j’ai été fort occupé ces derniers temps. Pour les adaptations ciné, c’est ce que je dis « Astérix et mission Cléopâtre » était bon mais c’était le seul 😀

    Brousse Wouillisse :

    je trouve que sortir une BD (ou quoi que ce soit d’autres) quand ce sont plus les auteur originaux, et bien c’est du f…… de g….. (Goscinny ça ce comprend….mais Uderzo, franchement :s).

    TimCruz :

    @Brousse Wouillisse : je ne suis pas d’accord. D’ailleurs, c’est ce qui a fait la force des Comics/Marvel.
    Je trouve que faire vivre un personnage est encore plus dure qu’en créer un nouveau puisque si les auteurs surfent sur un succès existants ils sont aussi soumis à une critique encore plus difficile. Et la déception est double lorsque les suites ne savent pas perpétuer l’univers original (d’où le présent article d’ailleurs)

    Tima :

    Je vais dans le sens de Brousse Wouillisse.

    Si on fait une analogie avec la musique, on ne se permettrait pas de sortir un nouvel album d’un chanteur mort avec de nouveaux auteurs/compositeurs.

    Ou les albums de chansons non éditées après la mort, ca sent la pompe a fric pour les ayants droits… du coup, pour la BD, ca me laisse le même gout amer en bouche et cela malgré la fidelité de la réalisation.

    Il y a tellement de dessinateurs, pourquoi ne pas investir en eux plutot que de se rassurer avec un truc qui a marché…

Laissez un commentaire

Catégorie(s): Dossiers