Banner
Banner
Banner

Identité numérique : et si on l’acceptait?

Par - le décembre 14th, 2013

identite-numerique

La loi de programmation militaire n’a pas fini de faire couler de l’encre. Une loi, au pays des droits de l’homme, qui ouvre un accès béant vers nos données privées numériques, c’est effrayant. On est de plus en plus proches de l’idée que l’on se faisait du monde selon Orwell.

A ce sujet, je ne peux que vous encourager à (ré)écouter l’émission de la grande table ce midi traitant du thème Peut-on échapper à la société de surveillance?

Réfléchir sur le sujet m’amène à effectivement avoir froid dans le dos même si au final (de mon point de vue) la seule évolution majeure est le fait que le verrou du juge a sauté. Ce qui est vraiment intéressant ici c’est la façon avec laquelle le « grand public » découvre cette question. C’est vrai que les Edward Snowden ou précédemment Julian Assange ont jeté un halo de lumière sur les faits. Mais, après tout, depuis combien de temps les défenseurs de l’Internet libre s’égosillent-ils à prévenir les gens? Pour rien, dans le vent… C’est même assez amusant de voir que les mêmes journaux qui prenaient ces défenseurs pour des fous illuminés font maintenant leurs choux gras des affaires web-sécuritaires (prismes, espionnages de la NSA, etc.).

yeswespy

Alors maintenant tout le monde s’affole. Ça devient dangereux d’utiliser Internet (ça faisait longtemps…) alors on pousse les haros sur les réseaux sociaux et l’Internet des objets. Bref, avoir une identité numérique devient presque critique…

Alors je vous propose de replacer les choses dans leur contexte :

  • Oui, à partir du moment où nous sommes connectés sur un réseau planétaire, nous sommes tous susceptibles d’être espionnés. Cela tant par notre propre gouvernement que par des pirates en quête d’informations et d’argent à détourner…
  • Non, notre identité numérique n’est pas une bombe prête à nous exploser au visage.

A dire vrai, il y aura toujours une petite part de notre vie numérique qu’il faudrait pouvoir garder sous scellées. Sur ce point, je ne suis pas sûr d’être très rassurant, je suis le premier à m’en inquiéter (le jour ou le gouvernement décidera que les marshmallows sont une arme de destruction massive, mes mails vantant les mérites de cette friandise vont-ils m’envoyer en prison?). Pour autant, il est une part majeure de notre identité numérique qui ne mérite pas d’être diabolisée mais qui devrait plutôt être comprise et encadrée.

danger-Internet

« Facebook est le mal! Twitter ça craint! Tout ce qu’on y met nous met en danger? Avec ces affaires, ça fait froid dans le dos d’avoir un compte en ligne! » Je caricature mais c’est très proche d’un certain état d’esprit qui se développe. Personnellement, je trouve ça très drôle. Le danger n’est pas le couteau mais l’usage qui en est fait.

Je comprends et suis d’accord avec les personnes qui jugent préférable de ne pas avoir un compte sur un réseau social plutôt que d’en faire un mauvais usage. C’est un contrôle comme un autre et c’est bon de connaitre ses limites. Je pense surtout qu’il est en fait impératif de comprendre ce qu’implique son identité numérique. L’utilisation outrancière et ridicule des réseaux sociaux ne peut que desservir son utilisateur. Alors, si l’on désire se décomplexer quant à son identité numérique, je ne saurais qu’insister sur ces conseils:

  • considérez votre vie numérique comme publique. Même en sécurisant son compte, nos données peuvent filtrer et, de tout façon, dans l’immense majorité des cas vous avez rétrocédé toute propriété de vos données en souscrivant à un service en ligne.
  • faites preuve de bon sens : si vous ne voulez pas que votre réputation IRL soit entachée par votre e-réputation, considérez les 2 comme un seul élément. J’en parlais ici, tout ce que vous publiez sur Internet pourra à tout moment être connu. Ne publiez que ce que vous seriez capable de publier devant votre mamie, votre maman ou votre patron.

1041

  • utilisez et ne subissez pas. Puisque vous connaissez la diffusion possible de votre identité numérique, autant choisir ce que vous désirez publier. Vous êtes tout à fait capable de décider l’image que vous donnerez de vous même en contrôlant ce que vous publiez à votre sujet (tapez Timothée Laisne sur Google, vous verrez, c’est possible).
  • cloisonnez : ne publiez en aucune façon sur des services de cloud des données qui n’appartiennent qu’à la vie privée. Certain C’est très imparfait mais c’est déjà ça!

Finalement, si on part du postulat qu’en connaissant ce qui nous arrivera on saura s’en prémunir, on peut en toute décomplexion accepter son identité numérique. Vous ne trouvez pas?

Tags: , , , , ,

9 commentaires to “Identité numérique : et si on l’acceptait?”

    Vincent :

    Je ferais court car je participe au Ludum Dare 48 (un concours de jeux vidéo).

    Mon avis est simple : pourquoi les gens que nous élisons, à qui nous déléguons notre confiance, se sentent-ils obligés de faire usage de ces plein pouvoirs ? Où est la limite d’un état de droits et d’une dictature ? À quelle frontière le politique peut devenir un Dieu tout puissant qui règne sur la population, qui peut s’en protéger, qui peut enfermer, qui peut être omniscient ?

    Car tout le problème de ce débat n’est pas l’espionnage mais la séparation des pouvoirs : l’exécutif *doit* se référer au pouvoir judiciaire lorsqu’il s’agit d’enquêter. Le cadre légal de la procédure qui a été votée est totalement hors de contrôle, si bien que le concept d’écoute sauvages me parait un terme très approprié.

    Et de fait, le pouvoir exécutif est le principal élément corrompu dans une démocratie, juste avant le législatif. Le pouvoir judiciaire me semble quant à lui d’une fiabilité à toute épreuve. En Allemagne, le site du Parti Pirate a été débranché la veille d’élections.

    En France, M. Sarkozy et ses prédécesseurs sont soupçonnés de financer leurs campagnes présidentielles (!) à coup de valises de billets. Si un parti politique neuf se présente sans tremper dans ce milieu, qui garanti qu’un dossier ne remontera pas à la surface ? Qui garanti de l’équité de la remontée de ces dossiers, de leur légalité, de leur légitimé ? Qui garanti que nous détiendrons à l’avenir les rênes de notre démocratie et que le pouvoir ne se passera pas de « père en fils » au sein d’un même parti qui contrôle l’opinion ?

    Voilà mon verdict : la société de totale surveillance vers laquelle nous nous dirigeons le fait pour les mauvaises raisons et de la pire des manières. Je souhaiterai être informé par courrier postal de chaque écoute pour commencer. Je travaille tous les jours, je n’ai rien à me reprocher, je souhaite savoir quand un contrôle de routine est fait. Pas un contrôle permanent. Pas massif. Pas silencieux. Je ne paye pas des impôts pour ça.

    Le dispositif surprend parce qu’en matière judiciaire toute enquête demande un motif, et que la garde à vue (qui n’en requiers pas) est par exemple très restreinte. Les atteintes à la vie privée sont également très encadrées, cela me semble essentiel si on souhaite que chacun puisse vivre sans craindre l’engrenage policier.

    Ta vision des choses suppose que chacun ait conscience qu’écrire c’est être enregistré. Même en privé. Même quand tu penses n’être entendu que par ton interlocuteur. Tu devrais demander à Sebsauvage ce qu’il pense de l’auto-censure. La seule chose que m’inspire cette loi en ce qui concerne les communications privées est de chiffrer, chiffrer, chiffrer. C’est désespérant.

    TimCruz :

    Je savais que le sujet te plairai 🙂 . Par contre, je voulais me limiter a une approche purement factuelle sans aucune prise de position politique. A ce sujet, j’écoute avec grand intérêt la pertinence de tes arguments. Mon idée était plus de relativiser les choses.

    Pour ce que tu appelles de l’autocensure, j’y vois plus du bon sens. Si je suis sur une place publique et que je ne sais pas qui peut m’entendre je vais réfléchir a ce que j’y dis. Pour moi ce principe s’applique parfaitement au monde numérique. Si tu ne veux pas que l’on sache que tu adere a une opinion, tu ne vas pas la placarder sur la vitre de ta voiture. Pourquoi alors la placarder sur Internet ? Les opinions que je désire ne pas rendre publique n’ont rien à faire sur facebook…

    Vincent :

    Pour l’espace publique je suis d’accord, mais la LPM surveille les conversations privées, comme les messages privés sur des forums, les messages directs sur Facebook ou encore les mails, les conversations jabber. Tout ce qui passe en clair par le FAI.

    TimCruz :

    C’est clair et je ne saurai rien dire d’autre que ça m’effraie… Je n’y entrevois aucune solution. C’est pour ça se je ne l’attaque qu’à ce que je peux contrôler….

    Geek De France.fr » Identité num&e... :

    […] “La loi de programmation militaire n'a pas fini de faire couler de l'encre. Une loi, au pays des droits de l'homme, qui ouvre un accès béant vers nos d (Identité numérique : et si on l’acceptait?”  […]

    Identité numérique : et si on l&r... :

    […] La loi de programmation militaire n'a pas fini de faire couler de l'encre.  […]

    Identité numérique : et si on l'a... :

    […] La loi de programmation militaire n'a pas fini de faire couler de l'encre. Une loi, au pays des droits de l'homme, qui ouvre un accès béant vers nos d.  […]

    Mirko :

    Je pense qu’il est préférable de ne pas nous donner tout votre vrai nom sur Facebook ou Twitter, sinon nous risquons de identitateasau nous volons des choses pire.

    Geek De France.fr » Un peu d’astuce pour ne pas se mettre à nu sur Internet :

    […] Identité numérique : et si on l’acceptait? […]

Laissez un commentaire

Catégorie(s): Dossiers