Banner
Banner
Banner

[TEST] Linux Mint 9 : Ubuntu en mieux?

mai 21st, 2010

Dans l’univers des forks d’Ubuntu, Linux Mint est sans doute l’un des mieux fini. Si jusque là, je m’étais laissé rebuter par son interface trop verte, la découverte des nouveautés de la dernière version, Isadora de son petit nom (sortie cette semaine), m’a mis l’eau à la bouche et donné envie d’essayer.

mint_logo

Au cœur d’Isadora

Pour résumer, Linux Mint 9 est basé sur Ubuntu 10.04 TLS et donc reprend tout les avantages de la distribution Linux grand public, notamment son support LTS de 3 ans.  Comme tous les forks, Isadora vient greffer à Ubuntu un lot de codecs et d’applicatifs qui font défaut à la distribution mère. Je m’étendrai peu sur ces ajouts, après tout Ubuntu fait ses choix pour répondre au mieux aux besoins de ses utilisateurs mais ne peut pas installer l’ensemble des logiciels Linux existants sur sa distribution. De toute façon, là n’est pas la force de Mint. L’équipe de développeurs a plutôt fait un travail beaucoup plus en profondeur afin de réellement refondre Ubuntu et non simplement lui appliquer un thème graphique. Ainsi, Isadora va proposer son propre gestionnaire de fichiers, un répertoire de 30 000 applications, un utilitaire de sauvegarde et une interface à l’ergonomie extrêmement efficace.

isa1

Souvent, on conseille aux personnes désirant s’essayer à Linux de s’installer une Ubuntu. Honnêtement, je pense qu’à présent je conseillerai Mint aux plus novices.

Ergonomie vraiment différente

Isadora repose sur les gestionnaires de fenêtres Gnome 2.30 et Xorg 7.4 mais a fait un réel travail de fond pour proposer une interface réellement différente. Certains détracteurs lui reprocheront une trop grande ressemblance avec Windows. C’est totalement vrai, je dirai même que c’est la plus ressemblante à Windows (fonctionnalités comprises) que j’ai vu depuis longtemps mais cela ne fera qu’aider les utilisateurs les plus réticents à faire leur premiers pas “libres”.

Bureau : le bureau Isadora ressemble à un bureau de Windows XP. Exit la barre de menu gnome supérieure tandis que la barre inférieure contient maintenant un bouton Menu, l’icône de gestion des mises à jours, l’icône de gestion du réseau, l’icône de gestion du son et enfin la date et l’heure.

bureau

Menu : autant tout de suite s’y faire, tout sur Isadora passe par le menu. Celui-ci se découpe en 2 : une partie latérale gauche fixe, et une partie droite contextuelle.

menu_mint

Là encore, la ressemblance avec le menu Windows est frappante. Par défaut, le menu contextuel est callé sur les favoris (applications les plus fréquentes) et propose un lien vers les applications. Une fois cliqué sur le lien “Toutes les applications”, on se retrouve avec la liste de toutes les applications installées sur son Mint, catégorisées comme sur tout Gnome.

8_mint_appli

Pour faciliter le tout, un champ Filtre permet une recherche par nom. Si vous tapez par exemple firefox dans ce champ, le menu contextuel vous proposera les programmes comprenant firefox dans leur nom et description (classés par pertinence). Dans mon cas, le navigateur Mozilla Firefox me sera proposé. Ce qui frappe, c’est la rapidité du filtre, le mot n’est pas encore fini d’être tapé que des choix commencent à apparaitre.  Si vous trouvez Windows 7 rapide dans cette fonction, vous allez prendre votre claque tant Mint l’est beaucoup plus.

9_mint_appli_filtre

A noter également que le menu est paramétrable via un simple clic droit > option.

Centre de contrôle : A l’image du panneau de configuration Windows, Isadora propose un centre de contrôle afin de piloter l’ensemble des paramétrages possibles pour votre distribution. Les options sont classées en 6 groupes : Personnel, Apparence, Internet et réseau, Système, Matériel, Autre.

5_mint_centredecontrole

Sur la capture d’écran, ma machine virtuelle est en 800*600. Sur une plus grosse résolution, l’utilisation du centre de contrôle est d’autant plus simple.

Là encore, la recherche peut-être affinée par un filtre si l’on sait ce que l’on cherche. Par exemple, un pare-feu étant installé par défaut dans Mint 9, il vous suffit de taper pare-feu pour accéder à ses options de paramétrage.

7_mint_parefeu

Gestionnaire de mise à jour : souvent, les nouveaux arrivés sous Linux négligent la sécurité et les mises à jour. Sous Isadora, une icône de la forme d’un bouclier dans la barre de menu vous notifie l’arrivée de mises à jour pour que cela ne tombe pas dans l’oubli. Il suffit de cliquer sur l’icône de notification pour lancer le gestionnaire de mises à jour. Chaque mise à jour peut être sélectionnée/désélectionnée. Celles-ci sont tagguées par niveau de priorité afin de pouvoir déterminer les essentielles.

4_mint_maj

Une fois son système à jour, le bouclier de la barre de menu est coché vert. Là encore, on retrouve la gestion de la sécurité à la Microsoft.

 

Du reste pour l’interface, rien de particulier à signaler si ce n’est peut-être qu’en raison d’une intégration de Compiz, des effets de fondu, transparence, etc. sont proposés. C’est plastique mais ça plait (ou pas). S’il fallait résumer le travail d’interface de Mint 9 Isadora, je dirais qu’en dépit d’une interface trop Windows-like, le travail accompli est phénoménal et très réussi. L’ergonomie n’est vraiment pas en manque puisque l’on prend tout de suite ses marques. L’avis de ma geekette (ma beta-testeuse officielle) sur la question illustre bien les faits : “En général, j’aime pas les Linux que tu me montres mais celui-là il est bien. Il est facile.” Facile est sans doute le maître mot de l’interface à la sauce Mint.

Notez quand même que si l’interface passe sans soucis sur les faibles résolutions, elle n’a pas été faite pour. Du fait, les configurations Netbook en 800*480/800*600/1024*600 risquent de se retrouver avec des fenêtres qui ne peuvent pas s’afficher complètement dans l’écran.

Sauvegarder? facile…

Je ne vais pas lister tous les atouts de Mint, puisque pour beaucoup ceux-ci sont les mêmes que pour tout Linux. Qui plus est Mint bénéficie de la rapidité, de la stabilité et du support matériel de Ubuntu. Mint est ultra simple à installer via un live CD/DVD/USB grâce à l’installeur Ubuntu (qui a été légèrement remanié en la circonstance pour coller au thème graphique de Mint) ou même directement depuis Windows.

1_mint_install 

Mais s’il est un point dont je ne peux pas ne pas parler au sujet de Mint, c’est son gestionnaire de sauvegarde. En trois clics on peut décider de sauvegarder ses données ou ses programmes (!). Besoin de formater, de changer de machine ou encore de migrer de version sans risque : cet utilitaire est là pour vous apporter la flexibilité et la sécurité d’une sauvegarde via une interface déconcertante de facilité. En un mot : BRAVO! Pourquoi n’est-ce pas encore le cas sur chaque distribution?

isa4

Je finirai ce test sur ce point. Linux Mint 9 Isadora est vraiment une très bonne surprise. Rapide et forte des avantages de Ubuntu, elle apporte aux moins techniques une interface vraiment très simple et très attractive. Certes, très Windows aussi, mais on a rien sans rien. Linux Mint est également assortie d’une communauté importante et très active. On ne peut d’ailleurs pas décemment passer à coté du site Linuxmint-fr tant celui-ci est bien fait et fourmille de conseils et tutos.

Pour résumer, si vous revendiquez une identité volontairement différente des majors privés (tel que Apple et Microsoft) et que vous aimez plus que tout l’attrait technique de Linux, fuyez Isadora! Par contre, il va sans dire que les utilisateurs qui veulent une distribution simple et attractive (notamment pour débuter) vont être ravis de découvrir cette distribution.

 

[nggallery id=7]

Cathegorie(s): Software, Tests